Chronologie

Les répétitions de la Huitième à Munich

La Première Audition

19 heures 30, Munich, le 12 septembre 1910. Tout en verre et en acier, l'immense et nouvelle salle de concert de l'Exposition Internationale est déjà pleine à craquer. Trois mille quatre cents auditeurs y sont entassés devant huit cent cinquante choristes habillés de noir et de blanc (cinq cents adultes et trois cent cinquante enfants) qui ont pris place sur l'immense estrade aménagée pour l'occasion, serrés autour de l'orchestre, l'un des plus vastes jamais réunis depuis la création du célèbre Requiem de Berlioz, en l'occurrence cent quarante six musiciens, auxquels s'ajoutent les huit solistes vocaux, plus huit trompettes et trois trombones à l'autre bout de la salle.

C'est la première impatiemment attendue de la Huitième Symphonie de Mahler. Dans la salle on reconnaît un grand nombre de visages célèbres. Outre la famille régnante de Bavière au grand complet, il y a aussi quelques princes de l'art contemporain, les compositeurs Richard Strauss, Max Reger, Camille Saint-Saens, Alfredo Casella, les écrivains Gerhard Hauptmann, Stefan Zweig, Emil Ludwig, Hermann Bahr et Arthur Schnitzler, les chefs d'orchestre Bruno Walter, Oskar Fried et Franz Schalk, le metteur en scène le plus illustre du moment Max Reinhardt, etc. etc. Tous les musiciens feuillettent déjà fiévreusement leurs partitions tandis que les autres ne sont là que pour assouvir leur curiosité.

Mahler dans les rues de Munich en 1910

A huit heures moins le quart, très précises, Mahler entre en scène, mince et pâle. Il traverse rapidement la foule d'interprètes. Il "enjambe le podium", écrit William Ritter, qui est un témoin fidèle et assidu de la vie de Mahler à cette époque, "et aussitôt il inspire confiance : grand calme et absolue simplicité, l'homme sûr de lui même et dénué de tout charlatanisme. "

Comme elles sont lointaines et dérisoires, l'agitation des journées précédentes, la fracassante entreprise publicitaire de l'impresario Emil Guttmann autour de la "Symphonie des mille" -cette campagne extravagante que Mahler a jugée digne de "Barnum et Bailey"-, les photographies du héros en vente partout, les affiches géantes sur lesquelles on lit son nom en lettres démesurées, et même oui, les semaines de répétitions avec les chorales de Leipzig et de Vienne... celui de la "naissance sonore" de cette "Messe" solennelle du temps présent qu'est pour lui la Huitième Symphonie. Mahler ne répond pas aux applaudissements qui l'accueillent. "Tout à son travail, il ne s'incline même pas. Pendant deux secondes, on voit la lumière se réfléchir en éclairs dans ses lunettes et on croit entrevoir au vol une tête de mathématicien religieux. Les lumières de la salle baissent aussitôt. Alors les choeurs et l'orchestre resplendissent dans la pleine lumière des projecteurs." Au moment même où il va livrer au public "l'œuvre la plus importante que j'aie jamais composée", une œuvre "dont le contenu et la forme sont si nouveaux que j'ai de la peine même à en parler", une œuvre où l'on entend "non pas des voix humaines, mais les chants des planètes et des soleils qui tournent dans l'espace", une symphonie "dispensatrice de joie", les oeuvres "tragiques et subjectives" qu'il a écrites auparavant ne lui semblent que simples "préludes".

La Composition

Au moment de déchaîner toutes les forces chorales et orchestrales qu'il a accumulées jusqu'ici, Mahler se souvient-il de ce jour de juillet 1906, où il est entré dans son Häuschen, perdu au plus secret de la forêt carinthienne? Car c'est là qu'il a été comme "terrassé" par l'inspiration, là que les paroles flamboyantes de l'hymne de Pentecôte se sont imposées à lui dans toute leur puissance irrésistible. Ce jour là, les trois mots magiques "Veni Creator Spiritus" sont venus comme par miracle abolir l'angoisse qui, chaque année, l'assaille lorsqu'il veut renouer le fil de sa création musicale après onze mois d'hyperactivité théâtrale à l'Opéra de Vienne. Et, ce jour là aussi, l'ouvrage entier a pris forme en quelques éclairs fulgurants. Il note avec fièvre :
  1. Hymne : Veni Creator
  2. Scherzo
  3. Adagio
  4. Hymne : Die geburt des Eros (Naissance de l'Eros)
Sans doute le même jour, il esquisse encore, sur trois portées, le thème de la "Naissance de l'Eros", devenue maintenant "Création par l'Eros".

Gustav Mahler à Vienne en 1907

Comme toujours, le projet initial ne se précise que progressivement. Le thème déjà noté pour le Finale ne comportait pas de paroles, mais Mahler s'aperçoit que celles du "Veni Creator", qu'il veut utiliser pour le premier mouvement, s'y adaptent parfaitement. Cette même coïncidence s'est déjà produite plusieurs fois dans sa vie et il y voit toujours un signe mystérieux venu d'ailleurs, une sorte d'Annonciation mystique dont l'étrangeté est finalement inhérente à l'acte créateur. Un autre événement du même ordre va définitivement le persuader qu'il est cette fois le porte-parole des forces qui le dépassent. De l'hymne latin de Hrabanus Maurus, archevêque de Mayence au IXème siècle, Mahler ne se souvient que partiellement. Bientôt, l'agitation créatrice qui le dévore, "le soulève et le fouette pendant huit semaines" est si vorace que le texte manque pour l'alimenter. Mahler ne possède, comme source écrite, qu'un vieux Missel trouvé peut-être à Klagenfurt. Il câble à Vienne pour qu'on lui télégraphie le texte complet. En attendant, il continue à composer et il aura même presque achevé le mouvement lorsque lui arrive enfin le surprenant télégramme. Fierté et satisfaction: il constate que les versets manquants s'adaptent parfaitement à la métrique et au caractère du texte musical déjà composé. Une fois de plus, il semble à Mahler n'avoir été qu'un "instrument dont joue l'univers".

Mais comment trouver maintenant un autre texte qui puisse prolonger celui-ci et répondre à la brûlante "invocation au génie" de Veni Creator? Comment faire du second mouvement le digne pendant et l'aboutissement naturel du premier qui est nourri de l'hymne grandiose? Lui faudra-t-il, comme pour la Deuxième Symphonie, passer en revue pendant de longues semaines toutes les littératures, pour composer enfin lui même le texte tant souhaité? Cette fois-ci, heureusement, Mahler n'hésite pas longtemps. Goethe, le poète qu'il vénère et chérit le plus n'a-t-il pas traduit à la fin de sa vie en vers allemands ce même Veni Creator? C'est dans son œuvre aussi que Mahler découvre le support poétique de son immense Finale, faisant ainsi pour la première fois de sa vie exception à la règle qu'il s'est imposée de ne jamais mettre en musique de poèmes trop accomplis, car ils se suffisent à eux-mêmes. Cette fois, Goethe l'a mis sur la voie en donnant à la scène Finale du second Faust la forme d'une cantate sans musique, d'un oratorio imaginaire avec soli et choeurs, en donnant forme à une vision poétique si vaste, si générale et si universelle que seule la musique peut répondre à sa mesure? Schumann a déjà mis en musique la scène tout entière et Liszt le "Chorus Mysticus" final, mais Mahler lui, va en faire une partie intégrante du vaste organisme symphonique et reprendre tous les motifs du Veni Creator initial pour faire de la scène goethéenne l'affirmation tranquille et sublimée de ses croyances les plus profondes.

La Huitième Symphonie de Gustav Mahler comporte deux parties:

  1. Erster Teil. [Première Partie.]: Hymnus: Veni, Creator Spiritus, Allegro Impetuoso
  2. Zweiter Teil. [Deuxième Partie.]: Schluss Szene aus "Faust" [Scène Finale de "Faust"] Poco Adagio, etwas bewegter

On trouvera plus loin les Commentaires d'Henry-Louis de La Grange sur la Huitième Symphonie.

La discographie de la Huitième Symphonie

Voici les 72 versions référencées de Huitième Symphonie, de 1948 à 2014. Les versions pirates japonaises sont indiquées en italique en raison de leur disponibilité réduite.
Year Conductor Soloists Orchestra & Choirs Live Label Rec. date
1948 Eugene ORMANDY
Frances YEEND,
Olive Mae BEECH,
Eula BEAL,
Suzanne CORAY,
Charles KULLMAN,
Mack HARRELL,
George LONDON
Hollywood Bowl Orchestra,
Greater Los Angeles Chorus
Live,
Veni Creator only
BIDDULPH Jul.29.1948
1950 Leopold STOKOWSKI
Frances YEEND,
Uta GRAF,
Camilla WILLIAMS,
Martha LIPTON
Louise BERNHARDT,
Eugene CONLEY,
Carlos ALEXANDER,
George LONDON
New York Philharmonic-Symphony Orchestra,
Westminster Choir,
Schola Cantorum,
Public School 12 Boys' Chorus
Live NYP Editions Apr.9.1950
1951 Hermann SCHERCHEN
Elsa Maria MATHEIS,
Daniza ILITSCH,
Rosette ANDAY,
Georgine MILINKOVIC,
Erich MAJCUT,
Otto WIENER,
Georg OEGGL
Wiener Symphoniker,
Wiener Akademiekammerchor,
Wiener Singakademie,
Wiener Knabenchor
Live TAHRA Jun.13.1951
1951 Hermann SCHERCHEN
Rita MEINL-WEISE,
Sigrid EKKEHARD,
Anneliese MÜLLER,
Gertrud PRENZLOW,
Herbert REINHOLD,
Kurt REHM,
Willi HEYER-KRÄMER
Berlin Staatskapelle Orchester,
Berlin Staatsoperchor
Live,
Veni Creator only
TAHRA Oct.8.1951
1954 Eduard FLIPSE
Annelies KUPPER,
Hilde ZADEK,
Corry BIJSTER,
Annie HERMES,
Lore FISCHER,
Annie WOUD,
Lorenz FEHENBERGER,
Frans VROONS,
Hermann SCHEY,
Gottlob FRICK,
David HOLLESTELLE
Rotterdams Philharmonisch Orkest,
Rotterdams Philharmonisch Koor,
Toonkunstkoor, Rotterdam,
Koninklijke Christelijke Oratoriumvereniging "Excelsior",
Christelijke Oratoriumvereniging "Rotterdam Zuid",
Christelijke Oratoriumvereniging "Halleluja",
Stem des Volks - Rechter Maasoever,
Stem des Volks - Linker Maasoever,
Koninklijke Zangvereniging "Rotte's Mannenkoor",
Mannenzangvereniging "Concordia",
Jongenskoor "St. Willibrord",
Dames- en Jongenskoor "De Kleine Stem"
Live PHILIPS Jul.3.1954
1954 Winfried ZILLIG
Annelies KUPPER,
Ilona STEINGRUBER,
Dorothea FORSTER-GEORGI,
Maria von ILOSVAY,
Ursula ZOLLENKOPF,
Lorenz FEHENBERGER,
Hermann PREY,
Franz CRASS,
Dietrich FISCHER DIESKAU
NDR Sinfonieorchester,
Kölner Rundfunkchor,
Chor der Hamburger Musikhochschule,
Stadtischer Chor Hamburg,
Knabenchor der Oberschule Eppendorf
Live GALA Nov.29-30.1954
1959 Jasha HORENSTEIN
Joyce BARKER,
Agnes GIEBEL,
Beryl HATT,
Kerstin MEYER,
Helen WATTS,
Kenneth NEATE,
Alfred ORDA,
Arnold van MILL
London Symphony Orchestra,
BBC Chorus, BBC Choral Society,
Goldsmith's Choral Union,
Hampstead Choral Society,
Orpington Junior Singers,
Emanuel School Boys' Choir
Live BBC Legends Mar.20.1959
1960 Dimitri MITROPOULOS
Mimi COERTSE,
Hilde ZADEK,
Lucretia WEST,
Ira MALANIUK,
Giuseppe ZAMPIERI,
Hermann PREY,
Otto EDELMANN
Wiener Philharmoniker,
Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor,
Singverein des Gesellschaft Musikfreunde Wien,
Wiener Sängerknaben
Live ORFEO Aug.28.1960
1962 Leonard BERNSTEIN
Adele ADDISON,
Lucine AMARA,
Lili CHOOKASKIAN,
Jennie TOUREL,
Richard TUCKER,
Ezio FLAGELLO,
George LONDON
Schola Cantorum of New York,
Juilliard Chorus,
Colombus Boychoir,
New York Philharmonic
Live,

Veni Creator only

SONY Sep.23.1962
1963 Maurice ABRAVANEL
Jeanine GRADER,
Lynn OWEN,
Blanche CHISTENSEN,
Nancy WILLIAMS,
Marlena KLEINMAN,
Stanley KOLK,
David CLATWORTHY,
Malcolm SMITH
Utah Symphony Orchestra,
University of Utah Civic Chorale,
Salt Lake City Childen Choir
VANGUARD Dec.1963
1966 Leonard BERNSTEIN
Erna SPOORENBERG,
Gwyneth JONES,
Gwenyth ANNEAR,
Anna REYNOLDS,
Norma PROCTER,
John MITCHINSON,
Vladimir RUZDJAK,
Donald Mac INTYRE
London Symphony Orchestra and Chorus,
Leeds Festival Chorus,
The Orpington Junior Singers,
Highate Schoolboys'Choir,
Finchley Children Music Group
SONY Apr.18-20.1966
1970 Rafaël KUBELIK
Martina ARROYO,
Erna SPOORENBERG,
Edith MATHIS,
Julia HAMARI,
Norma PROCTER,
Donald GROBE,
Dietrich FISCHER-DIESKAU,
Franz CRASS
Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks,
Chor des Bayerischen, Norddeutschen und Westdeutschen Rundfunks,
Knaben der Regensburger Domspatzen,
Frauenchor des Munchener Motettenchors
Live AUDITE Jun.24.1970
1970 Rafaël KUBELIK
Martina ARROYO,
Erna SPOORENBERG,
Edith MATHIS,
Julia HAMARI,
Norma PROCTER,
Donald GROBE,
Dietrich FISCHER-DIESKAU,
Franz CRASS
Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks,
Chor des Bayerischen, Norddeutschen und Westdeutschen Rundfunks,
Knaben der Regensburger Domspatzen,
Frauenchor des Munchener Motettenchors
DGG Jun.25 & 26.1970
1971 Sir Georg SOLTI
Heather HARPER,
Lucia POPP,
Arleen AUGER,
Yvonne MINTON,
Helen WATTS,
René KOLLO,
John SHIRLEY-QUICK,
Martti TALVELA
Chicago Symphony Orchestra,
Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor,
Wiener Singverein Wiener Sängerknaben
DECCA Aug.30 & Sep.1.1971
1971 Bernard HAITINK
Ileana COTRUBAS,
Heather HARPER,
Hanneke van BORK,
Birgit FINNILÄ,
Marianne DIELEMAN,
William COCHRAN,
Hermann PREY,
Hans SOTIN
Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam,
Toonkunstkoor,
De Stem des Volks,
Kinderkoor Sint Willibrord & Pius X,
Collegium Musicum Amstelodamense
PHILIPS Sep.16-19.1971
1971 Georges PRETRE
Margerita RINALDI,
Radmilla BAKOCEVIC,
Beverly WOLFF,
Lucretia WEST,
Lajos KOZMA,
Dan JORDACHESCU,
Tugomir FRANC
Orchestra Sinfonica di Roma della Radiotelevisione Italiana,
Prazsky Filharmonicky Sbor,
Coro di Roma della Radiotelevisione Italiana,
Coro di Voci Bianchi
Live RAI LP Sep.30.1971
1972 Takashi ASAHINA Sakae HIMOTO,
Harumi OKADA,
Kasuko NAGAI,
Tokiko KATSURA,
Kiyoko HABA,
Tomijiro ITO,
Takashi MIMURO,
Ryozo TATE
Osaka Philharmonic Orchestra,
Osaka College of Music and Men's Choruses,
Asahi Chorus,
Ivy Chorus,
Kansai Opera and Quodelibet Choruses, Osaka,
Kobe and Nara Broadcasting Children's Choruses
Live VOX Jul.5 & 6.1972
1972 Wyn MORRIS
Joyce BAKER,
Elisabeth SIMON,
Norma BURROWES,
Joyce BLACKHAM,
Alfreda HODGSON,
John MITCHINSON,
Raymond MYER,
Gwyne HOWELL
Symphonica of London,
The Ambrosian Singers,
New Philharmonia Orchestra Chorus,
The Bruckner-Mahler Choir of London,
Highate School Choir, The Orpington Junior Singers,
Finchley Children's Music Group
SYMR Nov.20-22.1972
1975 Pierre BOULEZ
Edda MOSER,
Linda-Esther GRAY,
Wendy EATHORNE,
Elisabeth CONNEL,
Bernadette GREEVY,
Alberto REMEDIOS,
Siegmund NIMSGERN,
Marius RINTZLER
B.B.C. Symphony Orchestra,
B.B.C. Chorus,
B.B.C. Choral Society,
B.B.C. Scottish National Chorus,
Wandsworth School Choir
Live ARTISTS Jul.25.1975
1975 Leonard BERNSTEIN
Margaret PRICE,
Judith BLEGEN,
Gerti ZEUMER,
Trudeliese SCHMIDT,
Agnes BALTSA,
Kenneth RIEGEL,
Hermann PREY,
José van DAM
Wiener Philharmoniker,
Wiener Singverein,
Wiener Sängerknaben,
Wiener Staatsopernchor
Live DGG Aug.30.1975
1975 Leonard BERNSTEIN
Edda MOSER,
Judith BLEGEN,
Gerti ZEUMER,
Ingrid MAYR,
Agnes BALTSA,
Kenneth RIEGEL,
Hermann PREY,
José van DAM
Wiener Philharmoniker,
Wiener Singverein,
Wiener Sängerknaben,
Wiener Staatsopernchor
Live DGG DVD Sep.1-2.1975
1979 James LEVINE
Carol NEBLETT,
Judith BLEGEN,
Jann JAFFE,
Isola JONES,
Birgitt FINNILA,
Kenneth RIEGEL,
Ryan EDWARDS,
John CHEEK
Chicago Symphony Orchestra,
Glen Ellyn Children's Chorus,
Chicago Symphony Chorus
Live,
Veni Creator only
CSO Jul.6.1979
1979 Kazuo YAMADA
Katsura NAKAZAWA,
Mitsuko SAKAI,
Eiko SOGA,
Hiroko KIMURA,
Minako NAGANO,
Masaru ITABASHI,
Tadahiko HIRANO,
Takao OKKAMURA
Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra,
Shonan Shimin Choir,
Choeur Croix,
Shonan Children Choir,
Chigasaki Mixed Choir,
Odawara Male Choir
Live CBS Feb.12.1979
1980 Seiji OZAWA
Faye ROBINSON,
Judith BLEGEN,
Deborah SASSON,
Florence QUIVAR,
Lorna MYERS,
Kenneth RIEGEL,
Benjamin LUXON,
Gwyde HOWEL
Boston Symphony Orchestra,
Tanglewood Symphony Chorus,
Boston Boy Choir
Live PHILIPS Oct-Nov.1980
1981 Michael GIELEN
Faye ROBINSON,
Margaret MARSHALL,
Hildegard HEICHELE,
Ortrun WENKEL,
Hildegard LAURICH,
Mallory WALKER,
Richard STILWELL,
Simon ESTES
Opernhaus und Museum Orchester, Frankfurt,
Figuralchor des Hessischen Rundfunks,
Frankfurter Kantorei,
Frankfurter Singakademie,
Limburger Dom Singknaben
Live SONY Aug.28.1981
1982 Vaclav NEUMANN
Gabriela BENACKOVA-CAPOVA,
Inge NIELSEN,
Daniéla SOUNOVA,
Véra SOUKUPOVA,
Libuse MAROVA,
Thomas MOSER,
Wolfgang SCHÖNE,
Richard NOVAK
Ceska Filharmonie,
Cesky Filharmonicky Sbor,
Pevecky Sbor Ceskoslovenskeho Rozhlasu,
Kühnuv Detský Sbor
SUPRAPHON Feb.10-14.1982
1983 Arpad JOO
Eva BARTFAI-BARTA,
Adrienne CSENGERY,
,Maria TOTH
Julia HAMARI,
Klara TAKACS,
Andras MOLNAR,
,Sandor SOLYOM-NAGY
Jozsef GREGOR
A Magyar Szimfonikus Zenekara,
A Magyar Radio es Televizio Enekkara,
,Cantemus Gyermekkórus Nyiregyháza,
Cantemus Gyermekkórus Miskolc
HUNGAROTON Jun.1983
1986 Klaus TENNSTEDT
Elisabeth CONNEL,
Edith WIENS,
Felicity LOTT,
Trudeliese SCHMIDT,
Nadine DENIZE,
Richard VERSALLE,
Jorma HYNNINEN,
Hans SOTIN
London Philharmonic Orchestra,
London Philharmonic Choir,
Tifin Schoolboys'Choir
EMI Apr.20-24 & Oct.8-10.1986
1986 Lorin MAAZEL Sylvia GREENBERG,
Roberta ALEXANDER,
Angela-Maria BLASI,
Jessye NORMAN,
Christa LUDWIG,
Werner HOLLWEG,
Bernd WEIKL,
Kurt RYDL
Wiener Philharmoniker,
Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor,
Tölzer Knabenchor
Live PANDORA's BOX Aug.4.1986
1986 Eliahu INBAL
Faye ROBINSON,
Teresa CAHILL,
Hildegard HEICHELE,
Livia BUDAI,
Jane HENSCHEL,
Kenneth RIEGEL,
Hermann PREY,
Harald STAMM
Radio Sinfonie Orchester Frankfurt,
Chore des Norddeutschen, Bayerischen und Westdeutschen Rundfunks,
Sudfunkchor Stuttgart, R.I.A.S. Kammerchor Berlin,
Limburger Dom Singknaben, Hessischer Rundfunk Knabenchor
DENON Oct.14-18.1986
1989 Lorin MAAZEL
Sharon SWEET,
Pamela COBURN,
Florence QUIVAR,
Brigitte FASSBAENDER,
Richard LEECH,
Siegmund NIMSGERN,
Simon ESTES
Wiener Philharmoniker,
Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor,
O.R.F. Chor,
Arnold SCHONBERG Chor,
Wiener Sängerknaben
SONY Jun.19-24.1989
1989 Ondrej LENARD Konomi NAGOYA,
Fumiko NISHIMATSU,
Yoko OSHIMA,
Misato IWAMORI,
Yuko OFUJI,
Eiji DATE,
Hidemori KOMATSU,
Yasuo YOSHINO
Shinsei Nihon Symphony Orchestra,
Shinsei-Nikkyo Chorus,
Tokyo Laien Choir,
The Little Spiritual Fantastic Singers in Arakawa, Tokyo
Live CLUB LA BOHEME Jul.8 & 10.1989
1990 Giuseppe SINOPOLI
Cheryl STUDER,
Angela-Maria BLASI,
Sumi JO,
Waltraud MEIER,
Kasuko NAGAI,
Keith LEWIS,
Thomas ALLEN,
Hans SOTIN
Philharmonia Orchestra,
Philharmonia Chorus,
Southend Boys'Choir
PHILIPS Nov-Dec.1990
1991 Klaus TENNSTEDT
Julia VARADY,
Jane EAGLEN,
Susan BULLOCK,
Trudeliese SCHMIDT,
Jadwiga RAPPE,
Kenneth RIEGEL,
Eike Wilm SCHULTE,
Hans SOTIN
London Philharmonic Orchestra,
London Philharmonic Choir,
London Symphony Chorus,
Eton College Choir
Live LPO Live Jan.21.1991
1991 Hiroshi WAKASUGI
Shinobu SATOH,
Misako WATANABE,
Yukie OHKURA,
Naoko IHARA,
Yuri OH-HASEHI,
Makoto HAYASHI,
Fukuru KATSUBE,
Keizo TAKAHASHI
Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra,
Shin-Yukai Chorus,
Tokyo Broadcasting Children Chorus Group
Live FONTEC Jan.24.1991
1991 Klaus TENNSTEDT
Julia VARADY,
Jane EAGLEN,
Susan BULLOCK,
Trudeliese SCHMIDT,
Jadwiga RAPPE,
Kenneth RIEGEL,
Eike Wilm SCHULTE,
Hans SOTIN
London Philharmonic Orchestra,
London Philharmonic Choir,
London Symphony Chorus,
Eton College Choir
Live DVD EMI Jan.27-28.1991
1991 Emil TABAKOV
Lyudmila HADZHIEVA,
Tamara TAKAC,
Boryana RABAKOVA,
Janos BANDI,
Pal KOVACS,
Tamash SYULE
Sofia Philharmonic Orchestra,
Bulgarian National Choir "Svetoslav Obretenov"
Chorus of Bulgarian National Radio,
Children's Choir of Bulgarian National Radio
CAPRICCIO Jun.1991
1991 Robert SHAW
Deborah VOIGT,
Margaret Jane WRAY,
Heidi GRANT,
Delores ZIEGLER,
Marietta SIMPSON,
Michael SYLVESTER,
William STONE,
Kenneth COX
Atlanta Symphony Orchestra and Chorus,
Ohio State University Chorale,
Ohio State University Symphonic Choir,
Master Chorale of Tampa Bay,
Atlanta Boy Choir
TELARC Apr.27-29.1991
1991 Gary BERTINI
Julia VARADY,
Mari-Ann HÄGGANDER,
Maria VENUTI,
Ann HOWELLS,
Florence QUIVAR,
Paul FREY,
Alan TITUS,
Siegfried VOGEL
Kölner Westdeutschen Rundfunk Sinfonie Orchester,
Chor des Westdeutschen Rundfunk,
Chor des Süddeutschen Rundfunk Stuttgart,
Prazsky Filharmonicky Sbor,
Les petits Chanteurs de Tokyo
Live EMI Nov.12-14.1991
1992? Anton NANUT Eva KIRCHNER,
Elisabeth KIM,
Anne SCHWANEWILMS,
Etsuko KATAGIRI,
Daniel KIM,
Jochem SCHMECKENBECHER,
Martin KRASNENKO
Simfoniki RTV Slovenija, Ljubljana,
Hungarian Jeunesses Choir,
Slovenski Komorni Zbor,
Zbor Consortium Musicum,
Otroski Zbor RTV Slovenia
DIGITAL
1993 Leif SEGERSTAM
Inga NIELSEN,
Majken BJERNO,
Henriette BLONDE-HANSEN,
Kirsten DOLBERG,
Anne GJEVANG,
Raimo SIRKIA,
Jorma HYNNINEN,
Carsten STABELL
Dansk Radiosymfoniorkestret,
Radiokoret,
Philharmonischer Chor Berlin,
Københavns Drengekor
CHANDOS Aug.17,18 & 20.1993
1994 Claudio ABBADO
Cheryl STUDER,
Sylvia Mc NAIR,
Andrea ROST,
Anne Sofie von OTTER,
Rosemarie LANG,
Peter SEIFFERT,
Bryn TERFEL,
Jan-Hendrik ROOTERING
Berliner Philharmoniker,
Rundfunkchor Berlin,
Prager Philharmonischer Chor,
Tölzer Knabenchor
Live DGG Feb.1994
1994 Edo de WAART
Alessandra MARC,
Gwynne GEYER,
Regina NATHAN,
Doris SOFFEL,
Nancy MAULTSBY,
Vinson COLE,
David WILSON-JOHNSON,
Andrea SILVESTRELLI
Radio Filharmonisch Orkest, Nederlands
Radio Filharmonisch Koor, Nederlands,
Chor der Oper Leipzig,
Stadsknapenkoor, Elburg
Live RCA Sep.17.1994
1994 Neeme JÄRVI
Ulla GUSTAFSSON,
Mari-Ann HÄGGANDER,
Carolina SANDGREN,
Ulrika TENSTAM,
Anne GJEVANG,
Seppo RUOHONEN,
Mats PERSSON,
Johann TILLI
Göteborgs Symfoniker,
Göteborgs Operan Kör,
Göteborgs Symfoniska Kör,
Kungliga Filharmoniska Kören i Stockholm,
Brunnsbokören,
Estonian Boy's Choir
Live,
for M/S Estonia Foundation
BIS Nov.25 & 27.1994
1995 Robert OLSON
Oksana KROVYTSAKA,
Sheila SMITH,
Shauna SOUTHWICK,
Julie SIMSON,
Kristine JEPSON,
Kurt R. HANSEN,
Brian STEELE,
Eugene GREEN
Colorado MahlerFest Orchestra,
Colorado MahlerFest Chorale,
Colorado Mormon Chorale,
Colorado Children's Chorale
Live MahlerFest Jan.14 & 15.1995
1995 Riccardo CHAILLY
Alessandra MARC,
Julia FAULKNER,
Cyndia SIEDEN,
Jard van NES,
Birgit REMMERT,
Gary LAKES,
Andreas SCHMIDT,
Robert HOLL
Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam,
Kuhnuv Smiseny Sbor,
Prazsky Filharmonicky Sbor,
Sacramentskoor Breda,
Jongenskoor van het Kathedrale Koor Sint Bavo, Haarlem,
Jongenskoor van het Sakramentskoor, Breda
Live RCO May.16.1995
1995 Michiyoshi INOUE Shinobu SATO,
Minako SHIODA,
Yuko KAMAHORA,
Masako TESHIMA,
Kazuko NAGAI,
Akeshi WAKAMOTO,
Akiya FUKUSHIMA,
Toshihiko YAMAGUCHI
Kyoto InterUniversity Chorus,
Kyoto Boys Chorus,
Kyoto Symphony Orchestra
Live OCD Oct.18.1995
1996 Sir Colin DAVIS
Alessandra MARC,
Sharon SWEET,
Elisabeth NORBERG-SCHULZ,
Vesselina KASAROVA,
Ning LIANG,
Ben HEPPNER,
Sergei LEIFERKUS,
René PAPE
Sinfonieorchester des Bayerischen Rundfunks,
Chor des Bayerischen Rundfunks,
Rundfunkchor Berlin,
Südfunkchor Stuttgart,
Tölzer Knabenchor
Live RCA Jul.7 & 8.1996
1996 Evgeni SVETLANOV
Galina BOIKO,
Natalia GUERASSIMOVA,
Galina BORISSOVA,
Olga ALEXANDROVA,
Alexeï MARTYNOV,
Dimitri TRAPEZNIKOV,
Anatoly SAFIOULINE
The Russian State Symphony Orchestra,
Children's Choir and Double mixed Choir
of the Moscow Academy of Choral Singing
SAISON RUSSE Aug.31-Sep.2.1996
1998 Michael GIELEN
Alessandra MARC,
Margaret Jane WRAY,
Christiane BOESIGER,
Dagmar PECKOVA,
Eugenia GRUNEWALD,
Glenn WINSLADE,
Anthony MICHAELS-MOORE,
Peter LIKA
EuropaChor Akademie,

Aurelius Sängerknaben,

SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg

HÄNSSLER Dec.8-18.1998
2000 Riccardo CHAILLY
Jane EAGLEN,
Anne SCHWANEWILMS,
Ruth ZIESAK,
Sara FULGONI,
Anna LARSSON,
Ben HEPPNER,
Peter MATTEI,
Jan-Hendrik ROOTERING
Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam,
Groot Omroepkoor,
Prazsky Filharmonicky Sbor,
Jongenskoor van het Kathedrale Koor Sint Bavo, Haarlem,
Jongenskoor van het Sakramentskoor, Breda
DECCA Jan.17-20.2000
2000 Geoffrey SIMON
Victoria GYDOV,
Hyun Joo YANG,
Catherine HAIGHT,
Janna WAECHTER,
Diane RADABAUGH,
Leslie GREEN,
Stephen JANZEN,
Michael DELOS
Northwest Mahler Festival Orchestra,
Northwest Mahler Festival Chorus
Live NWMF Jul.16.2000
2001 Francisco SAVIN
Angelina ROJAS,
Lourdes AMBRIZ,
Encarnación VAZQUEZ,
Grace ECHAURI,
Verónica ALEXANDERSON,
José Guadalupe REYES,
Jesús SUASTE,
Noé COLIN
Orquesta Sinfónica de Xalapa,
Coro de la Universidad Veracruzana,
UV Camerata Coro,
Coro de la Universidad Nacional ENM,
Convivium Musicum,
Coral Händel,
Conjunto Coral CIMI,
La Pequeña Cantoria
Live THARSIS Jun.2001
2002 Lorin MAAZEL Sharon SWEET,
Angela Maria BLASI,
Laura AIKIN,
Cornelia KALLISCH,
Brigitte PINTER,
Glenn WINSLADE,
Jan-Hendrik ROOTERING,
Siegmund NIMSGERN
Sinfonieorchester des Bayerischen Rundfunks,
Chor des Bayerischen Rundfunks,
Rundfunkchor Berlin,
Südfunkchor Stuttgart,
Tölzer Knabenchor
Live EN LARMES Jun.6.2002
2002 Sir Simon RATTLE Christine BREWER,
Soile ISOKOSKI,
Rosemary JOSHUA,
Birgit REMMERT,
Jane HENSCHEL,
Jon VILLARS,
David WILSON-JOHNSON,
John RELYEA
City of Birmigham Symphony Orchestra,
City of Birmingham Symphony Youth Chorus,
Toronto Children's Chorus,
Sydney Philharmonia Choirs,
London Symphony Chorus,
City of Birmingham Symphony Chorus,
National Youth Orchestra of Great Britain
Live EN LARMES Aug.8.2002
2002 Hartmut HAENCHEN
Rita CULLIS,
Angela Maria BLASI
Otelia SALA,br>Catherine KEEN,
Reinhild RUNKEL,
Glenn WINSLADE,
John BR…CHELER,
Kurt RYDL
Nederlands Philharmonisch Orkest,
Choeur National d'Ukraine "Dumka",
Choeur de la Radio d'Ukraine,
Knabenchor Dresden Philharmonisches Orchester,
Dresdner Kapellknaben
Live ICA Classics Sep.10.2002
2003 Hun-Joung LIM Jee-Wha SHIN,
Kyung-Hye NAH,
Jeong-Won PARK,
Hyun-Jeong LEE,
Hyun-Joo CHANG,
Hyun-Jae PARK,
Kee-Hong CHEON,
Hyun-Kwang RYU
World Vision Children,
Bucheon civic,
Seoul Metropolitan,
Suwon civic,
Anyang civic,
Bucheon Philharmonic Orchestra
Live KBS Media DVD May.31.2003
2004 Kent NAGANO
Sylvia GREENBERG,
Lynne DAWSON,
Sally MATTHEWS,
Sophie KOCH,
Elena MANISTINA,
Robert GAMBILL,
Detlef ROTH,
Jan-Hendrik ROOTERING
Deutsched Symphonie-Orchester Berlin,
Rundfunkchor Berlin,
MDR Rundfunkchor Leipzig,
Windsbacher Knabenchor
HM Apr-May.2004
2004 Gary BERTINI
Tomoko NAKAMURA,
Emi SAWAHATA,
Miwako HANDA,
Setsuko TAKEMOTO,
Kei FUKUI,
Akiya FUKUSHIMA,
Akira HASEGAWA
Tokyo Metropolitan Orchestra,
Shin-Yukai Choir,
Shinjuku Bunka Center 25th Anniversary Choir,
The little Spiritual Fantastic Singers in Arakawa Tokyo
Live FONTEC May.20.2004
2004 Sir Simon RATTLE
Christine BREWER,
Soile ISOKOSKI,
Juliane BANSE,
Birgit REMMERT,
Jane HENSCHEL,
Jon VILLARS,
David WILSON-JOHNSON,
John RELYEA
City of Birmingham Symphony Orchestra,
City of Birmingham Symphony Youth Chorus,
Toronto Children's Chorus,
London Symphony Chorus,
City of Birmingham Symphony Chorus
Live EMI Sep.5,8 & 9.2004
2005 Antoni WIT
Barbara KUBIAK,
Isabela KLOSINSKA,
Marta BOBERSKA,
Jadwiga RAPPE,
Ewa MARCINIEC,
Timothy BENTCH,
Wojciech DRABOWICZ,
Piotr NOWACKI
Orkiestra Symfoniczna Filharmonii Narodowej,
Chór Filharmonii Narodowej,
Chór Uniwersytetu Kardynała Stefana Wyszynskiego,
Warszawski Chór Chłopięcy i Męski
NAXOS Jun.1-6.2005
2007 Pierre BOULEZ
Twyla ROBINSON,
Erin WALL,
Adriane QUEIROZ,
Michelle DeYOUNG,
Simone SCHRÖDER,
Johan BOTHA,
Hanno MÜLLER-BRACHMANN,
Robert HOLL
Staatskapelle Berlin,
Chor der Deutschen Staatsoper Berlin,
Rundfunkchor Berlin,
Aurelius Sängerknaben Calw
DGG Apr.2007
2008 Eliahu INBAL
Emi SAWAHATA,
Yukie OHKURA,
Miwako HANDA,
Setsuko TAKEMOTO,
Masako TESHIMA,
Kei FUKUI,
Katsunori KONO,
Makoto NARITA
Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra,
Shin-Yu Kai Choir,
NHK Tokyo Children Choir
EXTON Apr.29.2008
2008 Valery GERVIEV
Viktoria YASTREBOVA,
Ailish TYNAN,
Liudmilla DUDINOVA,
Lilli PAASIKIVI,
Zlata BULYCHEVA,
Sergey SEMISHKUR,
Alexey MARKOV
Evgeny NIKITIN
London Symphony Orchestra,
London Symphony Chorus,
Choral Arts Society of Washington,
Choir of Eltham College
Live LSO Live Jul.9-10.2008
2008 Michael TILSON-THOMAS
Erin WALL,
Elza van den HEEVER,
Laura CLAYCOMB,
Katarina KARNEUS,
Yvonne NAEF,
Anthony Dean GRIFFEY,
Quinn KELSEY,
James MORRIS
San Francisco Symphony Orchestra,
San Francisco Symphony Chorus,
Pacific Boychoir Kevin Fox,
San Francisco Girls Chorus Susan McMane
Live LSO Live Nov.19-23.2008
2009 David ZINMAN
Melanie DIENER,
Juliane BANSE,
Anna LARSSON,
Yvonne NAEF,
Birgit REMMERT,
Antony Dean GRIFFEY,
Stephen POWELL,
Ildar ABDRAZAKOV
Tonhalle Orchestra Zurich,
Schweizer Kammerchor,
WDR Rundfunkchor Köln,
Zürcher Sängerknaben,
Kinderchor Kaltbrunn
Live RCA Feb.27-Mar.3.2009
2010 Vladimir ASHKENAZY Twila ROBINSON,
Marina SHAGUCH,
Sara MACLIVER,
Dagmar PECKOVA,
BernadetteCULLEN,
Simon O'NEILL,
Markus EICHE,
Martin SNELL
Sydney Philharmonia Choirs,
,

Adelaide Symphony Chorus,
West Australian Symphony Orchestra Chorus,
Sydney Children's Choir,
Sydney Symphony Orchestra

Live SSO Live Feb.18 & 20.2010
2010 Bertrand de BILLY
Riccarda MERBETH,
Elza van den HEEVER,
Elisabeta MARIN,
Stella GRIGORIAN,
Dietrich HENSCHEL,
Johan BOTHA,
Boaz DANIEL,
Kwangchul YOUN
ORF Radio Symphonie Orchester Wien,
Wiener Singakademie,
Swlowakischer Philharmonischer Chor,
Wiener Sängerknaben
Live OEHMS Mar.27.2010
2010 Jonathan NOTT
Janina BAECHLE,
Lioba BRAUN,
Michaela KAUNE,
Marisol MONTALVO,
Manuela UHL,
Albert DOHMEN,
Michael NAGY,
Stefan VINKE
Bamberger Symphoniker,
Cesky Filharmonicky Sbor,
Windsbacher Knabenchor
Live TUDOR Jul.21-26.2010
2011 Mariss JANSONS
Christine BREWER,
Camilla NYLUND,
Maria ESPADA,
Stephanie BLYTHE,
Mihoko FUJIMURA,
Robert DEAN SMITH,
Tommi HAKALA,
Stefan KOCAN
Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam,
Groot Omroepkoor,
Staatskoor Latvija,
Chor des Bayerischen Rundfunks,
Nationaal Kinderkoor,
Nationaal Jongenskoor,
Nationaal Kinderkoor JUNIOR
Live RCO Live
DVD
Mar.4 & 6.2011
2011 Riccardo CHAILLY Erika SUNNEGARDH,
Ricarda MERBERTH,
Christiane OELZE,
Lioba BRAUN,
Gerhild ROMBERGER,
Stephen GOULD,
Dietrich HENSCHEL,
Georg ZEPPENFELD
MDR Rundfunkchor,
Chor der Oper Leipzig,
Gewandhauschor,
Thomanerchor Leipzig,
Gewandhaus Kinderchor,
Gewandhausorchester
Live DVD ACCENTUS May.26-27.2011
2011 Markus STENZ
Barbara HAVEMAN,
Orla BOYLAN,
Christiane OELZE,
Anna PALIMINA,
Petra LANG,
Maria RADNER,
Brandon JOVANOVICH,
Hanno MÜLLER-BRACHMANN,
Günther GROISSBÖCK
Kartäuserkantorei Köln,

Chor des Bach-Vereins Köln,

Mädchen und Knaben der Chöre am Kölner Dom,

Domkantorei Köln,

Philharmonischer Chor des Stadt Bonn,

Vokalensemble Kölner Dom,

Gürzenich Orchester Köln

  OEHMS Sep.23-27.2011
2012 Gustavo DUDAMEL Manuela UHL,
Julianna Di GIACOMO,
Kiera DUFFY,
Anna LARSSON,
Charlotte HELLEKANT,
Burkhard FRITZ,
Brian MULLIGAN,
Alexander VINOGRADOV
Niños Cantores de Venezuela,
Schola Cantorum de Venezuela,
Schola Juvenil de Venezuela,
Coro Sinfonico Juvenil Simon Bolivar de Venezuela,
National Youth Choir of Venezuela,
Simon Bolivar Symphony Orchestra of Venezuela,
Los Angeles Philharmonic
Live DVD DGG Feb.17-18.2012
2014 Eliahu INBAL
Emi SAWAHATA,
Chikako OSUKI,
Maki MORI,
Setsuko TAKEMOTO,
Ikuko NAKAJIMA,
Kei FUKUI,
Katsunori KONO,
Kazunori KONO
Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra,
Shin-Yu Kai Choir,
NHK Tokyo Children Choir
EXTON Mar.9.2008
52/72

Les commentaires d'Henry-Louis de La Grange

Forme et Caractère

L'ensemble parfaitement cohérent de la Huitième est composé de deux moitiés aussi dissemblables que possible, comme les textes eux mêmes, qui appartiennent à deux langues, à deux cultures, et à deux époques très éloignées. Car Mahler n'a nullement cherché à estomper ce contraste. Bien au contraire, il l'a souligné de son mieux, en faisant du Veni Creator un hymne latin, rigoureusement contrapuntique, dans un style presque ecclesiastique, mais coulé dans le moule de la forme-sonate traditionnelle. Ce style ne doit pourtant rien à Bach, dont Mahler relisait sans cesse à ce moment là les grandes oeuvres chorales, mais plus peut-être aux polyphonies "recherchées" (ricercare) de la Renaissance. La seconde partie, au contraire, est une sorte de fantaisie libre, d'esprit romantique allemand et de plus, parfois, impressionniste, mais bien plus homophonique que polyphonique. Cependant, qui songerait à nier l'unité complète de l'ensemble? Cette unité ne découle pas uniquement du fait que les matériaux thématiques sont semblables mais de ce que l'ouvrage entier exprime une seule et même pensée et tend avec force et en permanence vers sa conclusion monumentale. Ce Chorus Mysticus final, dont Mahler commente chacun des mots clefs dans une lettre à son épouse, est bien l'une des pages les plus puissantes de son œuvre entier et même de la musique de tous les temps. Au premier abord, la Huitième peut faire l'effet d'une cantate monumentale, mais c'est en fait une symphonie dans toutes les acceptions du terme. Une symphonie pour et non avec soli, choeurs et orchestre, dans laquelle les voix, qui sont traitées d'une manière tout instrumentale, exposent et développent l'intégralité du matériau thématique. C'est aussi une symphonie "objective" et non "subjective" alors que les trois ouvrages suivants seront imprégnés tout entiers d'un sentiment d'adieu inspiré à Mahler par la mort de sa fille (et non comme on l'a dit trop souvent, par la perspective de sa mort prochaine). C'est la première de ses oeuvres où l'on ne trouve aucune musique "entre guillemets", aucune "citation", aucun écho lointain et stylisé de quelque fanfare, de quelque marche ou de quelque Ländler. La Huitième, c'est surtout un prodigieux acte de foi et d'amour, une réponse à toutes les questions, à toutes les incertitudes de l'humaine condition. Elle glorifie l'activité terrestre autant qu'une quelconque transcendance. La rédemption finale de Faust y prouve la validité de l'inquiétude humaine puisque, au terme de la quête qui l'a mené si loin de l'ascèse et de tout ce qui est traditionnellement considéré comme le chemin du Paradis, il y est accueilli par la mater gloriosa elle-même.

Quelques Points Techniques

Une écoute même superficielle révèle dans cette symphonie une évolution et un enrichissement incontestable du style de Mahler. Non pas au chapitre du contrepoint, bien que la science polyphonique du Veni Creator soit sans exemple depuis Bach et même depuis les maîtres de la Renaissance. Non plus au chapitre de l'harmonie qui accuse ici, par rapport à la précédente symphonie, une certaine régression. Il semble en effet que Mahler ait voulu asseoir son acte de Foi sur le granit, de sorte que l'ouvrage dans son ensemble est d'une stabilité tonale presque immuable: "Combien de fois ce mouvement ne revient-il pas au mi bémol majeur, par exemple avec un accord de quarte et sixte, écrit Schönberg du premier morceau. Je ne tolérerais pas cela d'un élève! Je l'inciterais à chercher une autre tonalité. Ici, pourtant, et si incroyable que cela paraisse, tout convient parfaitement, au point qu'on ne saurait même pas imaginer autre chose. Si les règles, justement, prescrivent autre chose, alors il faut changer les règles !... "

Les conquêtes véritables de Mahler, ici, sont du domaine strictement compositionnel. Il s'agit surtout de l'utilisation systématique de la "déviation" [Abweichung] ou de la "Variante" qu'Adorno a si judicieusement opposées à la variation classique. A partir de la Huitième Symphonie, la musique de Mahler sera caractérisée par un évolution constante du matériau thématique qui devient essentiellement souple et mobile, qui est toujours reconnaissable et toujours différent. Le même Adorno fait remarquer que ses transformations ne lui font jamais perdre cependant de son expressivité au contraire de ce qui se passe souvent dans le procédé de la variation classique.

La Thématique

On a l'impression que Mahler a voulu compenser la dissemblance des deux textes par une unité thématique telle qu'on en a jamais rencontrée et qu'on en rencontrera jamais plus dans sa musique. Le premier thème du second mouvement, aux basses, s'inspire des deux premières notes du motif initial (Ve-ni), suivies d'un motif ascendant emprunté au thème "Ascende Lumen". C'est ainsi également que le "Thème d'amour", qui marque l'entrée de la Mater Gloriosa, n'est autre qu'un avatar de la mélodie exposée aux vents dès la quatrième mesure du second mouvement. Ici et là, par des rappels thématiques du second morceau, Mahler souligne la parenté des paroles et des idées du Faust de Goethe et celles du Veni Creator. Par exemple: "Amorem cordibus" et "Hände verschlinget euch", tous deux confiés au choeur d'enfants; "Infirma nostri corporis" et "Uns bleibt ein Erdenrest"; "Imple superna gratia" et "er ahnet kaum das frische Leben"; "Zieht uns hinan" et "Accende Lumen". En fait, l'oeuvre entière est dominée par le Veni Creator, dont la fermeté, l'éloquence, et la concision épigrammatique ne laissent pas soupçonner au premier abord l'extrême complexité rythmique (trois changements de mètre en quatre mesures!). Les premières notes (mi bémol-si bémol-la bémol) jouent donc le même rôle unificateur que plus tard celles du Chant de la Terre (la-sol-mi). Et c'est elles qui domineront plus tard l'apothéose finale de l'un et l'autre mouvement.

Orchestration

L'orchestre de la Huitième Symphonie est moins vaste que celui des Gurre-Lieder de Schönberg, dont l'instrumentation fut achevée en 1911. Il comprend, outre les cordes, 5 flûtes (dont plusieurs piccolos), 4 hautbois et un cor anglais, 6 clarinettes (dont deux en mi bémol), 4 bassons et contre-basson, 8 cors, 4 trompettes, 4 trombones et tuba, une percussion particulièrement abondante piano, célesta, harmonium, orgue, glockenspiel, 2 harpes (au moins) et une mandoline, auxquels il faut ajouter les cuivres placés dans la salle. Comme toujours, Mahler a recherché avant tout la clarté et la transparence, jusque dans les tutti les plus compacts et les contrepoints les plus enchevêtrés. A condition que l'acoustique ne soit pas trop réverbérante, que l'exécution soit fidèle et soigneusement mise au point, et que les effectifs soient suffisants, chaque détail de la partition doit demeurer audible. En outre, comme toujours chez Mahler, de nombreux passages sont instrumentés avec une économie exemplaire.

Analyse

-1- Erster Teil. [Première Partie.]: Hymnus: Veni, Creator Spiritus, Allegro Impetuoso, 4/4, mi bémol majeur.

L'essentiel de la Forme a déjà été résumé ci-dessus. La proportion des trois volets de la forme-sonate est plus ou moins conforme aux normes. L'exposition (168 mesures) qui comprend régulièrement un premier thème (Veni Creator Spritus), un second (Imple superna Gratia, etwas gemässigter, en ré bémol), un thème conclusif (Infirma nostri corporis, en mi bémol). Le développement (243 mesures) comporte trois sections précédées d'une introduction orchestrale (etwas hastig). La première expose un nouvel élément (Infirma nostri corporis, noch einmal so langsam als vorher [à nouveau aussi lent qu'auparavant], ut dièse mineur). La seconde commence par l'illustre invocation à la lumière, Accende Lumen (mit plötzlichem Aufschwung, mi majeur), qui est le point culminant de tout le morceau. La dernière (Praevio te Ductore, mi bémol) est une vaste double fugue (101 mesures) et mène à une rentrée abrégée (80 mesures), suivie d'une vase coda (Gloria Patri, Breiter), de 86 mesures.

-2- Zweiter Teil. [Deuxième Partie.]: Schluss Szene aus "Faust" [Scène Finale de "Faust"] Poco Adagio, etwas bewegter, etc, 4/4, 6/4, 2/2, mi bémol mineur, majeur, etc.

La seconde partie n'est qu'une suite d'épisodes fortement contrastés, déterminés par le texte. Quelques commentateurs ont voulu y discerner trois morceaux correspondant aux trois derniers morceaux d'une symphonie classique, mais l'hypothèse est peu convaincante. L'introduction orchestrale présente, en les résumant à la manière d'une ouverture d'opéra, quatre épisodes, c'est-à-dire le choeur initial et les solos des deux Patres, ainsi que l'épisode des anges (Ich spüre soeben).

Apothéose

La création munichoise de la Huitième Symphonie devait être suivie d'un des plus grands triomphes de l'histoire de la musique. Le génie incomparable avec lequel Mahler a équilibré les masses sonores, la richesse évidente de l'invention mélodique, à partir d'un nombre très limité de cellules, la splendeur des deux codas, ne pouvaient manquer de fasciner son public. Ce jour là, Mahler qui venait tout juste d'atteindre cinquante ans et dont la carrière entière n'avait été qu'une suite presque ininterrompue d'échecs et de demi-succès, fut littéralement sidéré de voir la salle entière hurler, trépigner et applaudir avec transport dans un délire collectif de quelque vingt minutes. Les enfants du choeur, en particulier, à qui il n'avait cessé de prodiguer conseils et attentions pendant les répétitions, n'en finissaient plus d'applaudir, ni d'agiter leur mouchoir ou leur partition. Pour lui, ils représentaient cet avenir qu'il sentait bien lui échapper. A la fin du deuxième concert, lorsqu'ils se précipitèrent tous ensemble à l'avant de la galerie qui leur était réservée pour lui donner des fleurs et lui serrer la main, lorsqu'ils hurlèrent à tue-tête: "Vive Mahler! Notre Mahler!", lorsque le compositeur eût reçu d'eux la seule couronne de lauriers, il ne put retenir ses larmes. Plus tard, une phalange d'admirateurs déchaînés l'attendra à l'extérieur de la salle pour continuer de l'acclamer. Il aura peine à se frayer un passage jusqu'à son automobile, d'où il devra encore remercier du geste cette foule exaltée qui ne peut se résigner à le voir disparaître.

Ce soir là, tous les témoins ont noté la pâleur extrême de Mahler (si magnifiquement décrit par Thomas Mann sous le nom d'Aschenbach dans Mort à Venise). Rien, sauf peut-être ce teint cireux, ne peut alors laisser pressentir la fin prochaine. Pourtant, un témoin anonyme, et qui ne lui a jamais adressé la parole, saura bien lire l'avenir sur ce visage étrange. C'était un "jeune artiste" qui, pendant les acclamations, confie au critique viennois Richard Specht : "Cet homme mourra bientôt. Regardez ces yeux! Ce n'est pas le regard d'un triomphateur qui marche vers de nouvelles victoires. C'est celui d'un homme qui sent déjà le poids de la mort sur son épaule."

En effet, avant même cinquante ans, Mahler a vu se briser successivement les liens les plus solides qui l'attachaient à la vie. Il a perdu sa fille bien aimée à quatre ans. Il a du quitter l'opéra de Vienne auquel il avait consacré le meilleur de ses forces et de son génie. Il a appris que sa santé, autrefois inébranlable, était mise en péril. Et, puis tout récemment, son épouse, dont l'esprit et la beauté le fascinent et l'inquiètent tout à la fois, lui a avoué qu'elle ne l'aime plus et qu'elle a trouvé le bonheur dans les bras d'un amant. Bien sûr, elle a ajouté a ussitôt qu'elle ne l'abandonnerait jamais, mais il n'en a pas moins été frappé en plein cœur. Certes, le courage héroïque qu'il a toujours montré devant l'adversité lui permettra de ne rien changer à son activité, qui restera aussi intense qu'auparavant, d'achever quasiment la Dixième Symphonie et de diriger à New York les trois quarts de la saison de concerts la plus nourrie qu'il ait jamais conduite. Mais une implacable maladie infectieuse ne l'emportera pas moins huit mois plus tard.

Ainsi, la grande montée vers la lumière du "Chorus Mysticus" n'annoncait-elle rien de terrestre à l'homme Mahler. Elle prophétisait un tout autre accomplissement, l'accomplissement ultime. En quittant Munich à regret, Mahler avait refusé de diriger la Neuvième Symphonie l'année suivante, mais promis de revenir pour la création du Lied von der Erde. Ce sera Bruno Walter, son disciple préféré, qui le dirigera à sa place. A juste titre, Mahler avait craint le chiffre fatal: le jour où Das Lied (sa véritable Neuvième) prenait son envol, il était déjà depuis plusieurs mois dans les béatitudes promises par la Huitième.

[Ces commentaires ont été reproduits ici avec l'aimable autorisation d'Henry-Louis de La Grange]

| Bienvenue | Symph. N°1 | Symph. N°2 | Symph. N°3 | Symph. N°4 | Symph. N°5 | Symph. N°6 | Symph. N°7 |

| Symph. N°8 | Symph. N°9 | Symph. N°10 | Das Lied von der Erde | Lieder eines fahrenden Gesellen | Rückert Lieder |

| Kindertotenlieder | Des Knabenwunderhorn | Lieder aus der Jugendzeit | Das Klagende Lied | Concerts | Mahler Links |