Chronologie

La composition

En février 1892, après dix-huit mois de stérilité complète, Mahler rompt avec ses habitudes déjà bien établies de "Sommerkomponist" pour se remettre à écrire de la musique en plein milieu de la saison théâtrale de Hambourg. A sa sœur qui vient de lui faire parvenir les volumes de l'anthologie poétique d'Arnim et Brentano, il écrit avec confiance : "J'ai maintenant dans les mains le Wunderhorn et, avec la connaissance de soi qui est propre aux créateurs, j'ajouterai que, une fois de plus, le résultat en vaudra la peine !" Et en effet, à peine un mois plus tard, il aura achevé quatre "Humoresken" pour voix et orchestre, qui plus tard feront partie du recueil des Wunderhorn Lieder orchestraux. Mais ce qu'il n'a pas prévu alors, malgré cette "connaissance de soi" dont nous savons pourtant bien qu'elle le trompait rarement c'est la destinée future de la cinquième "Humoreske", Das himmische Leben. Car ce grand Lied participera d'abord à l'édifice monumental de la Troisième Symphonie, sous le titre de "Was mir das Kind erzählt" [ce que me conte l'enfant], après avoir fourni une partie de la substance mélodique du cinquième mouvement de ce même ouvrage. Quelques années plus tard, prenant conscience de son exceptionnelle richesse de substance, Mahler décidera d'en faire, pour la première fois de l'histoire de la musique, le Finale d'une autre symphonie, intitulée préalablement, elle aussi, "Humoreske". C'est ainsi que Das himmlische Leben deviendra l'aboutissement, le couronnement, le "sommet en pointe" du nouvel ouvrage, à la manière des derniers mouvements avec choeurs de la Neuvième Symphonie de Beethoven et de la propre Deuxième de Mahler.

Février 2001: l'Opéra de Vienne

Lorsqu'il entreprend la composition de la Quatrième Symphonie, en 1899, Mahler occupe depuis deux ans le poste qu'il avait convoité des années durant : il est désormais le directeur admiré et redouté de l'Opéra de Vienne et il a ainsi retrouvé sa patrie et sa ville d'adoption. On ne peut manquer de reconnaître aujourd'hui l'empreinte indélébile que la capitale autrichienne a laissée sur la Quatrième Symphonie, sur son lyrisme pastoral et sur son heureux abandon.

Avant même de se mettre au travail, Mahler avait rédigé une sorte de "synopsis" des différents mouvements comme auparavant pour la Troisième Symphonie :

  1. Die Welt als ewige Jetztzeit [Le monde en tant qu'éternel présent], sol majeur
  2. Das irdische Leben [La vie céleste], mi bémol mineur
  3. Caritas [Adagio], si majeur
  4. Morgenglocken [Les cloches du matin], fa majeur
  5. Die Welt ohne Schwere [Le monde sans gravité], ré majeur (Scherzo)
  6. Das himmlische Leben [La vie céleste]
Depuis lors, le projet a considérablement évolué : les "Cloches du matin" sont entrées dans la Troisième Symphonie, la "Vie terrestre" est devenue un simple "Wunderhorn Lied" du recueil orchestral et le Scherzo en ré est certainement celui que Mahler intégrera plus tard dans la future Cinquième. Quant à l'Adagio, il pourrait bien avoir porté à l'origine ce sous-titre (Caritas), mais il est en sol et non pas en si majeur. Or il est rare que Mahler modifie la tonalité d'un mouvement projeté. Par ailleurs le même titre reparaîtra plus tard dans le premier "synopsis" esquissé pour la Huitième.

Mahler en 1898 à Vienne

En juillet 1899, Mahler aborde la composition proprement dite de la Quatrième. Il a échoué cette année là, par une suite de hasards malheureux, à Alt-Aussee, une petite station thermale du Salzkammergut, où il va passer des vacances de cauchemar. Non seulement le temps est pluvieux et glacial, dans la villa qu'il a louée, il est sans cesse troublé par des flonflons lointains de l'orphéon municipal, lui toujours hypersensible au moindre bruit extérieur lorsqu'il compose. Complètement découragé, il finit par se plonger dans la lecture lorsque les idées musicales se mettent tout à coup à affluer. En quelques jours, l'ouvrage tout entier va ainsi prendre forme dans son imagination.

Les dernières semaines de vacances se passent dans la fièvre. Car, à mesure qu'approche le moment fatidique du retour à Vienne, par une cruelle ironie du sort, l'invention musicale se fait de plus en plus abondante. Mahler se promène partout avec un carnet d'esquisses à la main pour ne laisser perdre aucune de ses idées. Les dernières journées sont un véritable calvaire : au cours d'une promenade, le compositeur est pris d'un vertige incoercible à l'idée de toute cette musique qui voudrait tant naître et qui, sans doute, ne verra jamais le jour. Avant de quitter Aussee, il fait un gros rouleau de toutes ses esquisses dont il n'ignore pas que nul autre que lui ne serait capable de les déchiffrer. Il les rangera plus tard à Vienne, dans un tiroir de son bureau, et cessera d'y penser jusqu'à l'été prochain.

L'année suivante, en 1900, Mahler a enfin décidé de s'installer définitivement avec sa famille dans un lieu calme et retiré. Son choix s'est porté sur Maiernigg, une minuscule localité de la rive sud du Wörthersee, en Carinthie. En attendant l'achèvement de sa villa, Mahler s'est déjà fait construire en pleine forêt, un Häuschen réservé à la composition. Mais il arrive cette fois complètement épuisé par la saison de l'Opéra et par les concerts qu'il a donné à Paris, à l'Exposition Internationale, avec la Philharmonie de Vienne. Une fois de plus, il va donc passer de longues journées dans l'angoisse et la stérilité la plus complète. Il se plaint déjà d'avoir définitivement gâché sa vie en devenant chef d'orchestre et cite l'exemple des grands compositeurs du passé qui, à son âge, avaient déjà achevé la majeure partie de leur œuvre. C'est dans la douleur qu'il se remet au travail, se plaignant sans cesse du moindre bruit, des oiseaux qui font leur nid dans le toit du Häuschen, des rumeurs qui lui parviennent depuis l'autre rive du lac et de tout ce qu'il nomme la "barbarie du monde extérieur ". Malgré tout, lorsqu'il se replonge enfin dans les esquisses de l'année précédente, il s'aperçoit avec stupeur que, durant sa longue inactivité créatrice, un "second moi" inconscient a travaillé à son insu. La tâche est ainsi bien plus avancée qu'elle ne l'était au moment où il l'a interrompue l'année précédente. La Quatrième Symphonie pourra donc être achevée dans un temps record, à peine plus de trois semaines : Mahler met le point final au manuscrit le 6 août 1900. Fou de joie, il ne cesse pas de parler de son œuvre et de la commenter devant ses intimes en soulignant la complexité inédite de la polyphonie et l'ordonnance subtile des développements.

La Quatrième Symphonie comporte quatre mouvements:

  1. Bedächtig. Nicht eilen. Recht gemächlich.
  2. In gemächliger Bewegung. Ohne hast.
  3. Ruhevoll (Poco adagio).
  4. Sehr behaglich. [Texte de "Des Knabenwunderhorn"].

Les premières auditions

La Quatrième Symphonie fut créée à Munich le 25 novembre 1901, sous la direction du compositeur. Le public, qui attendait de ce créateur épris de monumentalité, une autre œuvre titanesque, une nouvelle Deuxième, n'en voulut pas croire ses oreilles. Ils prirent cette innocence et cette naïveté pour une nouvelle pose, une affectation de plus, voire une coupable mystification. On siffla donc copieusement. Immédiatement après, Weingartner dirigea l'ouvrage à Francfort, à Nuremberg (où il se déclara malade et ne dirigea que le finale), puis à Karlsruhe et à Stuttgart. Mahler conduisit lui-même les premières de Berlin et de Vienne. Partout, on allait l'accuser de "poser des énigmes insolubles" , de "se divertir en se servant de matériaux sonores étrangers à sa nature", de "prendre plaisir à casser les oreilles de son public avec d'atroces, d'inimaginables cacophonies", ou bien de ne savoir écrire qu'une musique plate et sans esprit, sans style et sans mélodie, artificielle et hystérique, bref, un "pot-pourri de variétés symphoniques".

La Quatrième Symphonie a pourtant trouvé, avant ses soeurs, une place solide et stable au répertoire international des concerts et elle est la symphonie de Mahler qui a le plus été enregistrée, après la Première Symphonie.

On trouvera plus loin les Commentaires d'Henry-Louis de La Grange sur la Quatrième Symphonie.

La discographie de la Quatrième symphonie

Voici les 198 versions référencées de la Quatrième Symphonie, de 1930 à 2012. Les versions pirates japonaises sont indiquées en italique en raison de leur disponibilité réduite.
Year Conductor Soloist Orchestra Live Label Rec. date
1930 Hidemaro KONOYE
Eiko KITAZAWA Tokyo New Philharmonic Orchestra   DENON May.28 & 29.1930
1939 Willem MENGELBERG
Joe VINCENT Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live Q DISC Nov.9.1939
1945 Bruno WALTER
Desi HALBAN New York Philharmonic   SONY May.10.1945
1947 Bruno WALTER
Desi HALBAN Boston Symphony Orchestra Live SONY Mar.25.1947
1949 Paul van KEMPEN
Corry BIJSTER Radio Filharmonisch Orkest Hilversum Live TELEFUNKEN Dec.28.1949
1950 Karel SEJNA
Maria TAUBEROVA Ceska Filharmonie   SUPRAPHON  
1950 Bruno WALTER
Irmgard SEEFRIED Wiener Philharmoniker Live URANIA Aug.24.1950
1950 Bruno WALTER
Annelies KUPPER Stadtisches Opernhaus und Museum Orchester, Frankfurt Live TAHRA Sep.4.1950
1952 Bruno WALTER
Carla SCHLEAN Orchestra sinfonica della RAI di Roma Live TAHRA Apr.19.1952
1952 Eduard van BEINUM
Margaret RITCHIE Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   DECCA Apr-May.1952
1952 Bruno WALTER
Elisabeth SCHWARZKOPF Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live GLOBE Jun.6.1952
1952 Bruno WALTER
Elisabeth SCHWARZKOPF Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live TAHRA Jun.19.1952
1953 Bruno WALTER
Irmgard SEEFRIED New York Philharmonic Live TAHRA Jan.4.1953
1954 Karl RANKL
Sena JURINAC Wiener Symphoniker Live GUILD Historical Jan.23.1954
1954 Otto KLEMPERER
Elfride TROTSCHEL Kölner Westdeutschen Rundfunk Symphonie Orchester Live DELTA Feb.11.1954
1954 Karl ELIASBERG Natalia ROZHDESTVENSKAYA USSR Symphony Orchestra Live MELODYA Oct.19.1954
1955 Bruno WALTER
Maria STADER Orchestre National de l'O.R.T.F. Live TAHRA May.12 or Dec.5.1955
1955 Otto KLEMPERER
Teresa STICH-RANDALL Wiener Symphoniker Live TESTAMENT Jun.21.1955
1955 Bruno WALTER
Hilde GUDEN Wiener Philharmoniker Live ANDANTE Nov.6.1955
1955 Otto KLEMPERER
Maria STADER Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live AUDIOPHILE Nov.10.1955
1956 Otto KLEMPERER
Elfriede TROTSCHEL RIAS Symphonie Orchester Berlin   HUNT Feb.18.1956
1956 Willem van OTTERLOO Teresa STICH RANDALL Het Residentie Orkest, den Haag   EPIC May-Sep.1956
1956 Otto KLEMPERER
Elisabeth LINDERMEIER Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks   GOLDEN MELODRAM Oct.19.1956
1957 Leopold LUDWIG
Anny SCHLEMM Dresden Staatskapelle   BERLIN Classics Jan.7 & 10.1957
1957 Rudolf KEMPE
Joan ALEXANDER BBC Symphony Orchestra Live ICA May.14.1957
1957 Paul KLETZKI
Emily LOOSE Philharmonia Orchestra   EMI Apr.2,3,5 & Jun.6-17.1957
1958 Fritz REINER
Lisa DELLA CASA Chicago Symphony Orchestra   RCA Dec.6 & 8.1958
1959 Hans ROSBAUD
Eva-Maria ROGNER Sinfonie Orchester des Südwestfunks, Baden-Baden Live URANIA May.14.1959
1960 Leonard BERNSTEIN
Reta GRIEST New York Philharmonic   SONY Feb.1.1960
1960 Eugen SZENKÁR
Christiane SORELL Symphonieorchester der Stadt Düsseldorf Live ARCHIPHON May.13.1960
1960 Bruno WALTER
Elisabeth SCHWARZKOPF Wiener Philharmoniker Live BWS May.29.1960
1961 Sir Georg SOLTI
Sylvia STAHLMAN Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   DECCA Feb.20 & 21.1961
1961 Otto KLEMPERER
Elisabeth SCHWARZKOPF Philharmonia Orchestra   EMI Apr.6,7,10 & 25.1961
1961 Benjamin BRITTEN
Joan CARLYLE London Symphony Orchestra Live BBC Legends Jul.6.1961
1962 Sir Georg SOLTI
Irmgard SEEFRIED New York Philharmonic Live NYP Editions Jan.13.1962
1965 George SZELL
Judith RASKIN Cleveland Orchestra   SONY Oct.1-2.1965
1966 Hans SCHMIDT-ISSERSTEDT
Margaret PUTZ Symphonie Orchester des Norddeutschen Rundfunks Live TAHRA Jan.9 & 10.1966
1967 David OISTRAKH
Galina VICHNEVSKAIA Moscow State Philharmonic Orchestra Live RUSSIAN Revelation Jan.22.1967
1967 Sir John BARBIROLLI
Heather HARPER BBC Symphony Orchestra Live BBC Legend Jan.3.1967
1967 Bernard HAITINK
Elly AMELING Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   PHILIPS Dec.20-22.1967
1968 Raphael KUBELIK
Elsie MORRISON Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks   DGG Apr.18-20.1968
1968 Maurice ABRAVANEL
Netania DAVRATH Utah Symphony Orchestra   VANGUARD Apr.1968
1968 Takashi ASAHINA
Sakae HIMOTO Osaka Philharmonic Orchestra Live TOBU Recordings Sep.2.1968
1969 Lorin MAAZEL
Heather HARPER Radio Sinfonie Orchester Berlin   FESTIVAL Feb.1969
1970 Jasha HORENSTEIN
Margaret PRICE London Philharmonic Orchestra   EMI Oct.23 & 24.1970
1972 Leonard BERNSTEIN
Edith MATHIS Wiener Philharmoniker Live DGG
DVD
May.1972
1972 Hans SWAROWSKY
Gerlinde LORENZ Ceska Filharmonie   SUPRAPHON Jun.20-23.1972
1972 Karel ANCERL N/A Toronto Symphony Orchestra Live TAHRA 2nd mvt only
1972 Kirill KONDRACHINE
Galina PISARENKO Moscow State Philharmonic Orchestra   LYS sung in russian,

Jul.10.1972

1973 Kirill KONDRACHINE
Galina PISARENKO Moscow State Philharmonic Orchestra   EURODISC 4th mvt only,

Jun.26.1973

1974 Otmar SUITNER
Kyoko ITO NHK Symphony Orchestra Live KING RECORDS Mar.15.1974
1974 James LEVINE
Judith BLEGEN Chicago Symphony Orchestra   RCA Jul.22-23.1974
1976 Claudio ABBADO Frederica von STADE Wiener Philharmoniker Live LUCKY BALL Aug.22.1976
1976 Klaus TENNSTEDT
Eva CSAPO Sinfonie Orchester des Südwestfunks, Baden-Baden Live PROFIL HÄNSSLER Aug.23.1976
1976 Herbert KEGEL
Celestina CASAPIETRA Rundfunk Symphonie Orchester, Leipzig   BERLIN Classics Dec.20-22.1976
1977 Klaus TENNSTEDT>
Phyllis BRYN-JURSON Boston Symphony Orchestra Live ICA
DVD
Jan.15.1977
1977 Charles MACKERRAS
Sheila ARMSTRONG BBC Symphony Orchestra Live BBC RADIO CLASSICS May.4.1977
1977 Claudio ABBADO
Frederica von STADE Wiener Philharmoniker   DGG May.20-25.1977
1978 Kurt SANDERLING
Felicity LOTT BBC Northern Symphony Orchestra Live BBC Legends Apr.17.1978
1978 André PREVIN
Elly AMELING Pittsburgh Symphony Orchestra   EMI May.15 & 16.1978
1979 Herbert von KARAJAN
Edith MATHIS Berliner Philharmoniker   DGG Jan.22-24 & Feb.22-24.1979
1979 Zubin MEHTA
Barbara HENDRICKS Israel Philharmonic Orchestra   DECCA Mar.29 & 30.1979
1979 Harold FARBERMAN
Corinne CURRY London Symphony Orchestra   VOX Nov.1979
1980 Herbert von KARAJAN Edith MATHIS Berliner Philharmoniker Live SARDANA Jan.26.1980
1980 Alexander GIBSON
Margareth MARSHALL National Scottish Orchestra   CHANDOS Sep.14 & 15.1980
1980 Vaclav NEUMANN
Magdalena HAYOSSYOVA Ceska Filharmonie   SUPRAPHON Oct.13-17.1980
1981 Louis STOTIJN
Wendela BRONSGEET Nederlands Studenten Orkest Live NSO Jan.21.1981
1981 Edo de WAART
Margaret PRICE San Francisco Symphony Orchestra   PHILIPS Oct.16-22.1981
1982 Klaus TENNSTEDT
Lucia POPP London Philharmonic Orchestra   EMI May.5-7.1982
1982 Bernard HAITINK
Maria EWING Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live PHILIPS CD
PHILIPS DVD
Dec.25.1982
1983 Sir Georg SOLTI
Kiri TE KANAWA Chicago Symphony Orchestra   DECCA Apr.1983
1983 Bernard HAITINK
Roberta ALEXANDER Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   PHILIPS Oct.3 & 4.1983
1983 Lorin MAAZEL
Kathleen BATTLE Wiener Philharmoniker   SONY Nov.3-6.1983
1984 Leonard BERNSTEIN
Allan BERGIUS Wiener Philharmoniker Live SARDANA Feb.12.1984
1984 Hartmut HAENCHEN
Gabrielle M. LECHNER Slovenske Filharmonije, Ljubljana   RTL-LD Nov.7-12.1984
1984 Bernard KLEE
Edith MATHIS Radio Sinfonie Orchester Berlin Live ALTUS Nov.26.1984
1985 Eliahu INBAL
Helen DONATH Radio Sinfonie Orchester Frankfurt   DENON Oct.10 & 11.1985
1986 Antal DORATI
Benita VALENTE Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   DORATI Live Mar.6.1986
1986 Jean-Claude CASADESUS
Margaret MARSHALL Orchestre National de Lille   FORLANE Sep.1986
1987 Leonard BERNSTEIN
Helmut WITTEK Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live DGG Jun.24-26.1987
1987 Seiji OZAWA
Kiri TE KANAWA Boston Symphony Orchestra   PHILIPS Nov.1987
1987 Gary BERTINI
Lucia POPP Kölner Rundfunk Sinfonie Orchester   EMI Nov.30 & Dec.4.1987
1987 Anton NANUT
Max-Emmanuel CENCIC Simfoniki RTV Slovenija, Ljubljana   STRADIVARI  
1988 Michael GIELEN
Christina WHITTLESEY Sinfonie Orchester des Südwestfunks, Baden-Baden   HÄNSSLER Feb.23-26.1988
1988 Franz WELSER-MÖST
Felicity LOTT London Philharmonic Orchestra   EMI Jun.1988
1988 André VANDERNOOT
Orchestre Symphonique de la Radio-Télévision Belge   ANALEKTA beginning of 3rd mvt only,

from the film

Le Maître de Musique

1989 Wyn MORRIS Patricia ROZARIO London Symphony Orchestra   LONDON  
1989 Michiyoshi INOUE
Yvonne KENNY Royal Philharmonic Orchestra   ASV-RPO Apr.3-5.1989
1989 Marius BAZU Friedrich HABERSTOCK Hamburger Jugendorchester Live GEMA Sep.7.1989
1989/90 Neville MARRINER
Mitsuko SHIRAI Radio-Sinfonieorchester Stuttgart   CAPRICCIO Oct.4-13.1989,

Jul.10.1990

1990? Milan HORVATH Eva ANDOR Zagrebacka Filharmonija   DIGITAL  
1990 Emil TABAKOV
Lyudmila HADZHIEVA Sofia Philharmonic Orchestra   CAPPRICIO Jan.1990
1990 Leif SEGERSTAM
Eva JOHANSSON Dansk Radiosymfoniorkestret   CHANDOS Mar.9 & 10.1990
1990 Andrew LITTON
Ann MURRAY Royal Philharmonic Orchestra VIRGIN Apr.25-26.1990
1990 Armin JORDAN
Edith WIENS Orchestre de la Suisse-Romande   ERATO Nov.1990
1990 Hiroshi WAKASUGI Kiyomi TOYODA Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra Live FONTEC Nov.17.1990
1990 Neeme JÄRVI
Linda FINNIE Royal Scottish Orchestra   CHANDOS Nov.27 & 29.1990
1991 Shun TSUTSUMI Ruri USAMI Tokyo City Opera Orchestra Live FANHOUSE sung in japanese,

Jan.1991

1991 Giuseppe SINOPOLI
Edita GRUBEROVA Philharmonia Orchestra   DGG Feb.1991
1991 Esa-Pekka SALONEN
Barbara HENDRICKS Los Angeles Philharmonic Orchestra   SONY Feb.10 & 11.1992
1991 Stanislas SKROWACZEWSKI
Alison HARGAN Hallé Orchestra   IMP May.3-4.1991
1991 Hartmut HAENCHEN
Alexandra COKU Nederlands Philharmonisch Orkest   LASERLIGHT Oct.5,6,7 & 9.1991
1991 Bernard HAITINK
Sylvia Mac NAIR Berliner Philharmoniker Live PHILIPS
DVD
Dec.1991
1992 Christoph von DOHNANYI
Dawn UPSHAW Cleveland Orchestra   DECCA May.1992
1992 Bernard HAITINK
Sylvia Mac NAIR Berliner Philharmoniker   PHILIPS Jun.1992
1992 Antoni WIT
Lynda RUSSEL Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia   NAXOS Jun.26-28 & Sep.14.1992
1992 Edo de WAART
Charlotte MARGIONO Radio Filharmonisch Orkest, Nederlands Live RCA Feb.20.1992
1993 James CONLON
Soile ISOKOSKI Gürzenisch Orchester Kölner Philharmoniker Live EMI May.3.1993
1993 Janos KOVACS
Maria SUDLIK Slovenska Filharmonija, Ljubljana Live SF Jun.17 & 18.1993
1993 Sir Colin DAVIS
Angela-Maria BLASI Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks   RCA Oct.13 & 14.1993
1993 Vaclav NEUMANN
Pamela COBURN Ceska Filharmonie   CANYON Nov.22-27.1993
1994 Sergiu COMISSIONA
N/A Orquesta Sinfonica de RTVE 3th mvt only RTVE Musica Dec.12-16.1994
1995 Avi OSTROWSKY Lena LOOTENS Orchestre Philharmonique de la RTBN   DOM Jan.1995
1995 Jun-Ichi HIROKAMI
Inger DAM-JENSEN Royal Philharmonic Orchestra   DENON Apr.25 & 26.1995
1995 Riccardo MUTI
Barbara BONNEY Wiener Philharmoniker Live RCO May.8.1995
1996 Evgeni SVETLANOV
Natalia GUERASSIMOVA The Russian State Symphony Orchestra   SAISON RUSSE Jan.1996
1996 Neil MANTLE
Joanne ARMSTRONG Scottish Symphony Orchestra Live SS Aug.25-26.1996
1996 Adrian LEAPER
Hellen KWON Orquesta Filarmonica de Gran Canaria   ARTE NOVA Sep.25-Oct.3.1996
1997 Sir Simon RATTLE
Amanda ROOCROFT City of Birmingham Symphony Orchestra   EMI May.1997
1998 Sir Simon RATTLE Christine SCHÄFER Berliner Philharmoniker Live GNP Feb.20.1998
1998 Heribert BEISSEL
Magdalena SCHÄFER Philharmonisches Staatsorchester Halle   BORN BELLMANN Apr.1998
1998 Robert GROSLOT
Bernadette DEGELIN Symfonieorkest Conservatorium Antwerpen Live KVC Jun.29-30.1998
1998 Yoel LEVI
Frederica von STADE Atlanta Symphony Orchestra   TELARC Jul.11 & 12.1998
1998 Pierre BOULEZ
Juliane BANSE Cleveland Orchestra   DGG Apr.1998
1999 Daniele GATTI
Ruth ZIESAK Royal Philharmonic Orchestra   RCA Jan.20, 21 & 31 & Mar.31.1999
1999 Howard GRIFFITHS
Daniel HELLMANN Northern Sinfonia   NOVALIS chamber version Erwin Stein

Mar.1999

1999 Giuseppe SINOPOLI
Juliane BANSE Sächsische Staatskapelle Dresden Live HÄNSSLER May.29.1999
1999 Christoph ESCHENBACH Angela DENOKE Norddeutscher Rundfunk Sinfonieorchester, Hamburg Live GNP Sep.13.1999
1999 Riccardo CHAILLY
Barbara BONNEY Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   DECCA Sep.16,20,21 & 24.1999
1999 Andrew LITTON
Heidi GRANT MURPHY Dallas Symphony Orchestra DELOS Dec.2-4.1999
1999/2000 N/A
Alison BROWNER Linos Ensemble   CAPRICCIO chamber version Erwin Stein

Oct.22-23.1999 & Mar.16-18.2000

2000 Ion MARIN
Valdine ANDERSON BBC Scottish Symphony Orchestra Live BBC Music May.20.2000
2000 Benjamin ZANDER
Camilla TILLING Philharmonia Orchestra   TELARC Jun.6-8.2000
2000 Stephen THRELFALL
Hilary JACKSON Chetham's Symphony Orchestra   BROWN SHIPLEY
2000 Richard WESTERFIELD Heidi Grant MURPHY Orchestra of St Luke's   ARABESQUE chamber version Erwin Stein
2000 Hun-Joung LIM Edith MATHIS Bucheon Philharmonic Orchestra Live KBS Media DVD Sep.2.2002
2001 Robert OLSON Julie SIMSON Colorado MahlerFest Orchestra Live MF Jan.13 & 14.2001
2001 Adam FISCHER Diana DAMRAU Musikalische Akademie des Nationaltheater-Orchester Mannheim eV. Live Landesbank Baden Wurtengerg Mar.26 & 27.2001
2001 Amaury du CLOSEL
Anna HOLROYD Camerata Nomade   XMI chamber version A. du Closel,

Mar.2001

2001 Herbert BLOMSTEDT
Akiko NAKAJIMA NHK Symphony Orchestra Live ALTUS Apr.28.2001
2001 Sir André PREVIN Barbara BONNEY London Symphony Orchestra Live EN LARMES Jul.1.2001
2001 Michael LESSKY
Akiko NAKAJIMA Junge Philharmonie Wien Live UNIQA Jul.2001
2001 Michael LUIG
Soprano Soloist Landesjugendsinfonieorchester Hessen Live Jul.29.2001
2001 Norichika IIMORI
Alison BROWNER Württembergische Philharmonie Reutlingen   TEMPUS Oct.17-19.2001
2002 Hans VONK
Esther HEIDEMAN Saint Louis Symphony Orchestra Live PENTATONE May.3-4.2002
2002 Gerard SCHWARZ
Rosa MANNION Royal Liverpool Philharmonic Orchestra Live RLPO May.13-15.2002
2002 Geoffrey SIMON
Delphine GUILLOT Northwest Mahler Festival Orchestra Live NMF July.14.2002
2002 Kenneth SLOWIK
Christine BRANDES The Smithsonian Chamber Players and Santa Fe Pro Musica   DORIAN chamber version Erwin Stein

Aug.2002

2002 Gary BERTINI
Maki MORI Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra Live FONTEC Nov.24.2002
2003 Markus STENZ
Yvonne KENNY Melbourne Symphony Orchestra Live RLPO Mar.13-15.2003
2003 Roberto PATERNOSTRO
Petra LABITZKE Staatsorchester Kassel Live REAL SOUND Jul.12.2003
2003 Pierre BOULEZ Miah PERSSON Wiener Philharmoniker Live EN LARMES Aug.24.2003
2003 Peter STANGEL
Hélène LINDQVIST Die Taschenphilharmonie NEOS chamber version Erwin Stein,
Sep.2003
2003 Yannick NEZET-SEGUIN
Karina GAUVIN Orchestre Métropolitain du Grand Montreal Live ATMA Oct.2 & 3.2003
2003 Michael TILSON-THOMAS
Laura CLAYCOMB San Francisco Symphony Live SFS media Sep.24-28.2003
2004 John HARDING
Clare GORMLEY Sydney Soloists   ABC Classics chamber version Erwin Stein
2004 Daniel HARDING
Dorothea RÖSCHMANN Mahler Chamber Orchestra   VIRGIN Classics Jan.27-28.2004
2004 Gary BERTINI
Camilla NYLUND Berlin Deutsches Symphonie Orchester Live WEITBLICK Feb.29.2004
2004 Thomas CHRISTIAN
Christiane OELZE Thomas Christian Ensemble   MDG chamber version Erwin Stein,
May.28-30.2004
2004 Vladimír VÁLEK
Karolina BERKOVÁ Symfonický orchestr Ceského Rozhlasu Live ARVODIVA Sep.10.2004
2004 Douglas BOYD
Kate ROYAL Manchester Camerata Live AVIE chamber version Erwin Stein,
Nov.6.2004
2005 Claudio ABBADO
Renée FLEMING Berliner Philharmoniker Live DGG May.28-29.2005
2005 Gintaras RINKEVICIUS
Violeta URMANA Lietuvos Valstybinis Simfininis Orkestras Live AUREA Jun.16.2005
2005 Fabio LUISI
Sandra TRATTNIG Sinfonieorchester des Mitteldeutschen Rundfunks Live QUERSTAND Sep.17-20.2005
2005 Sir Roger NORRINGTON
Anu KOMSI Radio Sinfonieorchester Stuttgart des SWR Live HÄNSSLER Sep.22-23.2005
2005 Daniel RAISKIN
Maria FONTOSH Staatsorchester Rheinische Philharmonie Live DRP Nov.17-18.2005
2006 Charles MACKERRAS
Sarah FOX Philharmonia Orchestra Live SIGNUM Feb.16.2006
2006 Claudio ABBADO
Juliane BANSE Gustav Mahler Jugend Orchester Live EUROARTS
DVD
Apr.24-25.2006
2006 Michiyoshi INOUE
Ranko KURANO The Japan Sinfonia Live ALTUS Apr.29.2006
2006 Jurjen HEMPEL
Nederlands Nationaal Jeugd Orkest Live NJO Aug.13.2006
2006 Zdenek MACAL
Michaela KAUNE Ceska Filharmonie Live EXTON Oct.12-13.2006
2006 David ZINMAN
Luba ORGONASOVA Tonhalle Orchester Zürich   RCA Nov.13-15.2006
2006 Bernard HAITINK
Christine SHÄFER Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   RCO Live Nov.7.2006
2006 Jonathan NOTT
Mojca ERDMANN Bamberger Symphoniker   TUDOR Dec.18-22.2006
2008 Valery GERGIEV
Laura CLAYCOMB London Symphony Orchestra Live LSO Live Jan.12.2008
2007 Paavo JÄRVI
Genia K†HMEIER Radio Sinfonie Orchester Frankfurt Live UNITEL
DVD
Jun.28-29.2007
2008 N/A
Laure DELCAMPE Ensemble Oxalys   FUGA LIBERA chamber version Erwin Stein
Jul.21-24.2008
2008 Ivan FISCHER
Miah PERSSON Budapest Festival Orchestra   CHANNEL Classics Sep.2008
2009 Libor PESEK
Mieko SATO Ceski Narodni Symfonicky Orchestr Live VICTOR Entertainment Feb.18.2009
2009 David CURTIS
Heather SHIPP Orchestra of the Swan   SOMM chamber version Erwin Stein
Mar.25.2009
2009 Esa-Pekka SALONEN
N/A Sveriges Radios Symfoniorkester Adagio KING 3rd movement only
Soundtrack Mahler on the couch
2009 Gerard SCHWARZ
Maureen MACKAY Royal Liverpool Philharmonic Orchestra Live ARTEK
2009 Claudio ABBADO
Magdalena KOZENA Lucerne Festival Orchestra Live EUROARTS Aug.21-22.2009
2009 Markus STENZ
Christiane OELZE Gürzenich Orchester Köln Live OEHMS Aug.23-26 & Dec.28-29.2009
2009 Eliahu INBAL
Miwako HANDA Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra Live EXTON Nov.19.2009
2010 Manfred HONECK
Sunhae IM Pittsburgh Symphony Orchestra EXTON Jan.29 & 31.2010
2010 Valery GERGIEV
Camilla TILLING World Orchestra for peace Live DVD UNITEL Aug.5.2010
2010 Philippe HERREWEGHE
Rosemary JOSHUA Orchestre des Champs-Elysées Live PHI Mar.11-12.2010
2010 Ivan FISCHER
Miah PERSSON Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live RCO Live
DVD
Apr.22-23.2010
2010 Vladimir ASHKENAZY
Emma MATTHEWS Sydney Symphony Orchestra Live SSO Live Nov.24-27.2010
2010 Yohann RECOULES
Marie LENORMAND Les TempŽraments LES TEMPERAMENTS
2011 Gabriel FELTZ
Jeannette WERNECKE Stuttgarter Philharmoniker Live DREYER GAIDO Jan.25.2011
2011 Lorin MAAZEL
Sarah FOX Philharmonia Orchestra Live SIGNUM Apr.28.2011
2011 Ken SELDEN
Deanna BREIWICK Martingale Ensemble   MSR Classics chamber version Erwin Stein
2011 Jean DEROYER
Zoe Nicolaidou Orchestre RŽgional de Basse-Normandie Live SKARBO chamber version Erwin Stein,
Oct.11.2011
2011 Takeharu NOBUHARA
Yuka WATANABE Orchestra JAPAN 2011 Live LIVE NOTES Nov.15.2011
2012 Riccardo CHAILLY
Christina LANDSHAMER Gewadhausorchester Leipzig Live DVD ACCENTUS Apr.26-27.2012
2012 Julien GUEBEBAUT,
Etsuko IROSE,
Four hand piano

N/A N/A   ELOQUENTIA 2nd mvt only,
tr. 4 hand piano,
Jul.2012
2012 Eliahu INBAL
Maki KORI Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra Live EXTON Nov.3-4.2012
2012 Trevor PINNOCK
Sonia GRANE Royal Academy of Music Soloists Ensemble Live LINN Records chamber version Erwin Stein,
Oct.11.2011
2014 Antonello MANACORDA
Lisa LARSSON Het Gelders Orkest Live CHALLENGE
2014 Marc ALBRECHT
Elizabeth WATTS Nederlands Philharmonisch Orkest Live PENTATONE
147/198

Le Commentaire d'Henry-Louis de La Grange

Un Programme

Alors que, pour les symphonies antérieures, Mahler avait fourni à ses auditeurs des textes explicatifs, ou tout au moins des titres pour chacun des mouvements, il décide cette fois que la musique de la Quatrième peut et doit se suffire à elle même. Car il a constaté que les "programmes" des poèmes symphonique de Liszt et de son école ôtaient en définitive toute liberté à la musique et au musicien et que ses propres textes, au lieu de faciliter l'accès de ses premières oeuvres ne faisaient que créer des équivoques et des malentendus. Les auditeurs de la Quatrième devront donc se passer de programme et se contenter du poème qu'il a mis en musique dans le lied final. Qu'a-t-il donc voulu exprimer dans sa nouvelle œuvre ? Rien que le "bleu uniforme" du ciel, avec toutes ses nuances, ce bleu qui attire et fascine les êtres humains tout en les inquiétant de sa pureté même.

De l'Adagio, dont la mélodie est à la fois "divinement gaie et infiniment triste", il dira plus tard (1901) : "C'est Sainte-Ursule elle-même, la plus sérieuse de toutes les Saintes, qui règne sur cette haute sphère de gaieté. Son sourire ressemble à celui des gisants, de ces prélats ou de ces chevaliers que l'on voit dans les églises sur les tombes anciennes, les mains croisées sur la poitrine, avec cette expression sereine et douce de ceux qui ont conquis la suprême félicité. Une paix sacrée, solennelle, une gaieté sérieuse et tendre, tel et le caractère de ce mouvement qui a aussi des moments de tristesse profonde, comparables, si vous le voulez, à des réminiscences de la vie terrestre, et d'autres où la gaieté devient vivacité expansive". Parfois en composant cet Adagio, Mahler a aperçu le visage de sa propre mère, "souriant à travers les larmes", elle qui savait "racheter toutes les souffrances par l'amour". Plus tard encore, il comparera l'ouvrage à un "tableau primitif sur fond or" et précisera à propos du Finale : "Lorsque l'homme, émerveillé mais dérouté, demande ce que tout cela signifie, l'enfant répond dans le quatrième mouvement : "Telle est la vie céleste !"".

Analyse

Ainsi donc, à l'inverse de ce qui s'est produit et se produira à d'autres moments de la vie de Mahler, (par exemple en 1904, lorsqu'il compose ses musiques les plus "douloureuses" les derniers Kindertotenlieder et le Finale de la Sixième, au cours de l'été le plus harmonieux de toute sa vie), la Quatrième respire le bien-être, l'air pur, la détente, le lyrisme, et cela bien qu'elle ait été créée dans la douleur et dans l'angoisse. Deux ans après le retour de Mahler en Autriche, on peut y voir une sorte de chant d'action de grâces pour la patrie retrouvée, un hymne à la gloire de la "Gemütlichkeit" viennoise. Car le langage de la Quatrième est directement issu du classicisme viennois, celui de Haydn et de Schubert.

-1- Bedächtig. (Nicht eilen) ; Recht gemächlich. [Délibéré. (Sans hâte) ; Très à l'aise.]

Après quelques mesures d'introduction dominées par les flûtes et les grelots (le grelot du fou, selon Adorno, qui compare ce début au "il était une fois" des contes de fées), le premier mouvement commence "comme s'il ne savait pas compter jusqu'à quatre", par un thème ascendant, de caractère proprement viennois et qui fait partie de la grande famille des mélodies de même nature dans l'œuvre de Mahler. Il est bientôt suivi d'un second, aux cordes graves, aussi calme et aussi pastoral. Cette simplicité va d'ailleurs être bientôt démentie dans le développement où les divers motifs sont combinés, enchaînés, transformés, inextricablement enchevêtrés, ou bien encore, comme l'écrit Erwin Stein, "battus comme un paquet de cartes". Sans cesse, ils engendrent de nouvelles mélodies à partir d'éléments déjà connus, mais dont l'enchaînement, la fragmentation, la superposition, n'en sont pas moins toujours imprévisibles.

-2- In gemächlicher Bewegung. Ohne Hast. [Dans un tempo modéré. Sans hâte.]

Une ombre plane sur le début du Scherzo en forme de Ländler ; la sonorité aigre d'un violon d'un violon désaccordé (chacune des cordes en est élevée d'un ton entier) lui donne un aspect caricatural, mais on s'apercevra, en fin de compte, que "ses intentions ne sont pas si mauvaises que celà". A l'origine, Mahler avait noté au début de ce mouvement : "Freund Hain, le violoneux, joue pour la danse; la mort gratte bizarrement son violon et nous mène là haut vers le ciel".

-3- Ruhevoll. [Tranquille.] (Poco Adagio)

Avec l'Adagio, nous arrivons à l'essence de la musique. -et l'on pourrait presque dire de l'âme- de Mahler. Nul autre que lui ne pouvait composer dans la tradition beethovénienne, un chant à la fois si serein, si grave et si profond. "La longue mélodie [...], écrit Adorno, retrouve, dépouillée de tout pathos cette même quiétude d'une patrie heureuse, soulagée de la souffrance de la limite. Son authenticité, qui n'a rien à envier à celle de Beethoven, se trouve vérifiée par le fait que la nostalgie, après un temps d'arrêt, s'élève à nouveau, incorruptiblement, dans la plainte du second thème, qui transcende la mélodie expressive du conséquent". Mahler disait de ce mouvement qu' "il rit et pleure tout à la fois" et en effet, le premier thème, immobile et méditatif, avec sa basse de passacaille, est suivi d'un second qui est franchement douloureux. On entend ensuite deux groupes bien distincts de variations sur le thème principal, séparés par un double retour du thème "douloureux". Avec la tonalité de mi majeur, la coda introduit le thème principal du Finale. Grâce à cette modulation subite, qui déclenche le seul véritable tutti de l'ouvrage, Mahler fait franchir à ses auditeurs les portes du paradis, le seul peut-être qui soit accessible aux vivants, c'est-à-dire le paradis naïf de l'enfance et de l'imagerie populaire.

-4- Sehr Behaglich. [Très à l'aise.]

Dans le poème du Knaben Wunderhorn, Das himmlische Leben, les plaisirs bucoliques, musicaux et surtout gastronomiques du Ciel sont décrits et catalogués avec une verve, un enthousiasme et une précision qui enchantaient Mahler. Celui-ci recommande d'ailleurs au soprano solo "une expression joyeuse et enfantine, tout à fait dépourvue de parodie". Les contemporains trouvèrent cette naïveté singulièrement fausse et affectée. Il la jugèrent encore plus scandaleuse et plus suspecte que le "retour à Haydn" du premier mouvement à cause du raffinement de la mise en œuvre et, en particulier, de l'instrumentation. Il paraît inconcevable aujourd'hui que ce merveilleux Lied, si frais et si pur, si prodigieusement riche d'invention mélodique, ait pu être mal accueilli par la quasi-totalité de ses premiers auditeurs. La lumineuse, la rayonnante, la divine coda en mi majeur, musique "céleste" s'il en fut jamais, nous laisse entièrement convaincu qu'"aucune musique terrestre ne se peut comparer à la musique des hautes sphères". Elle nous apprend aussi que les âmes tourmentées et divisées comme celle de Mahler, que les êtres qui, comme lui, ont voulu assumer pleinement dans leur vie et dans leur art les frustrations, les crève-coeurs, les tragédies de la condition humaine, ainsi que ses doutes, ses incertitudes et ses ambiguïtés, peuvent eux-aussi avoir accès au Royaume du Ciel. Qu'importe si ce paradis, "dépeint sous les traits d'un anthropomorphisme paysan" (Adorno), paraît ici trop concret, trop rassurant pour que l'on y croit totalement comme on croit à la résignation mystique des Finale de la Neuvième et du Lied von der Erde.

En composant cette Quatrième, Mahler a voulu proposer à ses contemporains une œuvre plus courte et plus abordable que les symphonies antérieures. C'est volontairement qu'il s'est privé d'un vaste effectif orchestral et en particulier des trombones, et s'est efforcé de faire régner partout la clarté, l'économie, la transparence qu'exigeait évidemment le "sujet" de l'ouvrage.

Mais si, dans la production de Mahler, la Quatrième peut passer, au premier abord pour un intermezzo, un divertissement léger, plutôt que pour une œuvre essentielle, un tel jugement ne résiste pas à un examen approfondi de la partition. Derrière l'ascèse sonore et le parti pris de simplicité, se dissimulent une richesse d'invention, une densité polyphonique, une concentration de la pensée musicale, en même temps qu'une souveraineté technique, une complexité et un raffinement presque vertigineux de l'écriture, qui tous sont sans précédent chez Mahler. Non seulement il a dépensé plus d'efforts, plus de temps et au moins autant d'amour pour ces quarante cinq minutes de musique que pour les quatre vingt dix minutes de ses oeuvres précédentes, non seulement la réussite technique y est donc plus éclatante encore, mais son néo-classicisme évident n'a rien d'une fuite vers le passé. C'est au contraire une œuvre d'avant-garde pour l'époque, une nouvelle découverte de Mahler par lui-même, une évolution entièrement inattendue de son style vers la rigueur et la concentration. Dans son "retour à Haydn", Mahler emprunte des formules traditionnelles et héritées du passé, certes mais il les enrichit, il les transforme et ne se laisse jamais contraindre par ces emprunts. Sa "gaieté irraisonnée et déraisonnable" n'a rien non plus de contrefait ni de caricatural, comme c'est souvent le cas chez Strauss, par exemple dans Le Bourgeois Gentilhomme. Il s'agit plutôt d'une nostalgie affectueuse pour un temps meilleur et à jamais révolu, pour un "temps de l'innocence". D'ailleurs cette nostalgie à peine teintée d'ironie caractérise tout le climat intellectuel de la Vienne des premières années du siècle, et notamment celui des chefs d'œuvre littéraires tes que L'Homme sans qualité de Musil ou La Marche de Radetzky de Joseph Roth. Et c'est pourquoi la Quatrième Symphonie reste la plus authentiquement viennoise de toutes les oeuvres de Mahler.

[Ces commentaires ont été reproduits ici avec l'aimable autorisation d'Henry-Louis de La Grange]

| Bienvenue | Symph. N°1 | Symph. N°2 | Symph. N°3 | Symph. N°4 | Symph. N°5 | Symph. N°6 | Symph. N°7 |

| Symph. N°8 | Symph. N°9 | Symph. N°10 | Das Lied von der Erde | Lieder eines fahrenden Gesellen | Rückert Lieder |

| Kindertotenlieder | Des Knaben Wunderhorn | Lieder aus der Jugendzeit | Das Klagende Lied | Concerts | Mahler Links |