Chronologie

Gustav Mahler et ses deux filles en 1905

La Composition

Alors que des doutes ont longtemps subsisté sur l'exacte chronologie des Kindertotenlieder, il est aujourd'hui totalement établi que Mahler a ajouté, en juin 1904, deux lieder aux trois autres qu'il avait composés pendant l'été de 1901. En ce qui concerne les circonstances de la composition de ces trois lieder (Nun will die Sonn' so hell aufgehn, Wenn dein Mutterlein et Oft denk' ich), on se reportera à la Chronologie de la Cinquième Symphonie dont trois mouvements ont été composés pendant ce même été 1901, au cours duquel presque toutes les oeuvres composées par Mahler ont un caractère funèbre ou tout au moins douloureux. Aussi, au moment où il joue pour la première fois à Natalie Bauer-Lechner les troisKindertotenlieder, il s'exclame: "Cela a été une douleur pour moi de les écrire et j'en éprouve une aussi pour le monde qui devra un jour les entendre, si triste est leur contenu". Theodor Reik analyse de la manière suivante le processus créateur qui a donné naissance aux Kindertotenlieder. Selon lui, l'idée du mariage s'est imposée depuis un an à l'esprit de Mahler et elle a réveillé en lui quelques-unes des inquiétudes qu'avaient autrefois connues ses parents. Selon Reik, il est impossible que Mahler ait ignoré que l'un des enfants morts de Rückert s'appelait Ernst. Ainsi, en composant les Kindertotenlieder, s'est-il "identifié à son père, en se mettant dans l'état d'esprit d'un homme ayant perdu un fils nommé Ernst.

Les raisons qui ont conduit Mahler, trois ans plus tard, à achever le cycle au cours de l'été 1904 sont très claires: nommé président d'honneur de la Vereinigung Schaffender Tonkünstler par Schönberg et Zemlinsky, Mahler leur a promis de leur confier une première audition. Puisque celle de la Cinquième serait trop coûteuse et que, en tout cas, elle a déjà été promise à Cologne, il ne reste plus qu'une seule possibilité: un concert de Lieder, dont l'intérêt sera d'autant plus grand que la plupart de ceux qu'il a composés avec accompagnement d'orchestre n'ont jamais été exécutés. Voici donc pourquoi il a décidé alors d'ajouter au cycle commencé en 1901 deux nouveaux Lieder, dont il a sans doute déjà choisi les poèmes, en particulier le dernier qui lui fournit la conclusion sereine et apaisée qu'il souhaite.

Gustav Mahler et sa fille Anna en 1909

Alma, qui arrivera à Maiernigg quelques temps après la naissance de sa fille Anna, exprime dans ses Mémoires, son incompréhension du choix de Mahler pour ces textes: "Si l'on a pas d'enfants, ou si on les a perdus, j'admets que l'on puisse mettre en musique des paroles aussi terrifiantes, mais autrement? Comment donc comprendre qu'une heure après avoir embrassé et cajolé des enfants en pleine santé, au physique comme au moral, on se lamente sur leur mort? Je m'exclamai alors: Pour l'amour de Dieu, ne tente pas la fatalité!"

Alma affirme cependant dans son journal intime que l'été 1904 a été exceptionnellement reposant et harmonieux et que Mahler n'a jamais été "plus humain et plus communicatif". Il passe même de longues heures à jouer avec sa fille aînée, la petite Putzi avec qui un lien étrange et puissant semble désormais l'unir. Il ne cesse pas de lui faire de nouvelles grimaces, d'inventer pour elle des histoires étranges, ou bien de lui narrer des contes de fées.

Les premières auditions

Les Kindertotenlieder ont été créés en janvier 1905 à Vienne à l'occasion d'un concert dont le programme est constitué en majeure partie de premières auditions: les cinq Kindertotenlieder, les quatre Rückert Lieder de 1901, quatre Wunderhorn Lieder de 1892 à 1898 et les deux Lieder empruntés au même recueil poétique et composés en 1899 et 1901. Etant donné le caractère intime de ces oeuvres, Mahler a exigé que la soirée ait lieu dans la petite salle du Musikverein. Il a réuni pour l'occasion trois des meilleurs chanteurs de l'Opéra, et trois hommes; le fait mérite d'être souligné, car depuis lors, on a pris l'habitude de confier presque toujours certains de ces Lieder à des voix féminines. Il s'agit du ténor Fritz Schrödter et des barytons Anton Moser et Friedrich Weidemann. Ce dernier sera longtemps l'interprète préféré de Mahler, tout au moins pour les Kindertotenlieder. L'orchestre, de dimension réduite, est composé de membres choisis parmi les Wiener Philharmoniker. A la répétition générale qui a eu lieu le 28 janvier 1905 à 14h30, le public a été admis parce que toutes les places du concerts ont été vendues à l'avance. La réaction des auditeurs est très favorable. Le lendemain, le concert proprement dit commence à 19h30. Longtemps avant l'heure, la petite salle est archi-comble et on refusera beaucoup de monde. Très vite l'attitude attentive et respectueuse du public va prouver que la bataille est gagnée. Mahler a demandé que l'on applaudisse point entre chaque groupe de mélodies. La tension ne cesse de croître jusqu'à la fin de l'exécution. Partiaux ou impartiaux, tous les témoins contemporains seront obligés de reconnaître que cette soirée a remporté "le seul véritable triomphe de toutes la série de concerts de la Vereinigung". "Les Lieder de Mahler touchèrent le cœur de tous, écrit Paul Stefan. On exultait avec lui, on partageait successivement son affliction, ses humeurs enfantines, joyeuses ou rêveuses. On prenait plaisir à s'émerveiller de sa science et de sa maîtrise des petites formes, comme à un magnifique épanouissement de beaux poèmes.

On trouvera plus loin les Commentaires d'Henry-Louis de La Grange sur les Kindertotenlieder.

La discographie des Kindertotenlieder

Voici les 111 versions référencées des Kindertotenlieder, de 1928 à 2014. Les versions pirates japonaises sont indiquées en italique en raison de leur disponibilité réduite.

Les Kindertotenlieder étant un véritable cycle, toutes les interprétations (sauf une) sont intégrales et correspondent aux cinq lieder dans l'ordre suivant:

  1. Nun will die Sonn' so hell aufgehn, warum so dunkle Flammen.
  2. Nun seh' ich wohl.
  3. Wenn dein Mutterlein.
  4. Oft denk' ich sie sind nur ausgegangen.
  5. In diesem Wetter, in diesem Braus.
Year Soloist Cond/Pianist Orchestra Live Label Rec. date
1928 Heinrich REHKEMPER
Jasha HORENSTEIN Berliner Staatsoper Orchester   NAXOS Historical  
1948 Kathleen FERRIER
Sir John BARBIROLLI HallŽ Orchestra Live Barbirolli Sty Oct.13.1948
1949 Karl SCHMITT-WALTER Winfried ZILLIG Radio Sinfonieorchester Frankfurt Live MUSIC & ARTS Sep.4.1949
1949 Bruno WALTER Wiener Philharmoniker   EMI Oct.4.1949
1949 Kathleen FERRIER
Bruno WALTER Wiener Philharmoniker   EMI alternative take 1 & 5,
Oct.4.1949
1950 Marian ANDERSON
Pierre MONTEUX San Francisco Symphony Orchestra   RCA Feb.26.1950
1950? Lorri LAIL
Ralf KLEINERT RIAS Sinfonie Orchester, Berlin   URANIA  
1950? Vera ROSZA Zoltan FEKETE Wiener Symphoniker   MERCURY  
1951 Hermann SCHEY
Willem van OTERLOO Het Residentie Orkest, Den Haag   EPIC Jan.24 & 25.1951
1951 Kathleen FERRIER
Otto KLEMPERER Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live DECCA Jul.12.1951
1954 Norman FOSTER
Jasha HORENSTEIN Bamberger Symphoniker Orchester   VOX Jun.1954
1955 Dietrich FISCHER DIESKAU
Hans SCHMIDT-ISSERSTEDT Symphonie Orchester des Norddeutschen Rundfunks Live TAHRA Jun.6.1955
1955 Dietrich FISCHER DIESKAU
Rudolf KEMPE Berliner Philharmoniker   EMI Jun.20 & 21.1955
1955 George LONDON
Otto KLEMPERER Kölner Westdeutschen Rundfunk Symphonie Orchester Live MUSIC & ARTS Oct.17.1955
1956 Marian ANDERSON
Jasha HORENSTEIN Orchestre National de l'ORTF   MUSIC & ARTS Nov.23.1956
1956 Lucretia WEST
Hans KNAPPERTBUSCH Berliner Philharmoniker Live ARKADIA Apr.9.1956
1957 Kirsten FLAGSTADT
Sir Adrian BOULT Wiener Philharmoniker   DECCA May.19.1957
1958 Lucretia WEST
Hermann SCHERCHEN Wiener Philharmoniker   TAHRA Jun.12 & 16.1958
1958 Christa LUDWIG
André VANDERNOOT Philharmonia Orchestra   EMI Oct.18.1958
1958 Maureen FORRESTER
Charles MUNCH Boston Symphony Orchestra   RCA Dec.28.1958
1959 Gérard SOUZAY
John HOPKINS National Symphony Orchestra Live PONTO Jul.18.1959
1959 Rita GORR
Désiré-Emile INGELBRECHT Orchestre National de l'ORTF Live CHANT DU MONDE Oct.13.1959
1959 Teichi NAKAYAMA Wilhelm SCHÜCHTER NHK Symphony Orchestra      
1960 Jennie TOUREL
Leonard BERNSTEIN New York Philharmonic   SONY Feb.16.1960
1960 Sona CERVENA
Hermann SCHERCHEN Radio Sinfonie Orchester, Leipzig Live TAHRA Oct.1.1960
1962 Dietrich FISCHER DIESKAU
Karl BÖHM Berliner Philharmoniker Live TESTAMENT Aug.19.1962
1962 Vera SOUKUPOVA
Vaclav NEUMANN Ceska Filharmonie   SUPRAPHON Dec.3-5.1962
1963 Dietrich FISCHER DIESKAU
Karl BÖHM Berliner Philharmoniker   DGG Apr.16 & 17.1963
1965 Hilde RÖSSL-MAJDAN
Heinz WALLBERG Wiener Philharmoniker   FESTIVAL May.1965
1966 Vera SOUKUPOVA Karel ANCERL Ceska Filharmonie Live TAHRA Nov.28.1966
1967 Janet BAKER
Sir John BARBIROLLI Manchester Hallé Orchestra   EMI May.4.1967
1967 Janet BAKER
Jasha HORENSTEIN Scottish National Orchestra Live BBC Legends Mar.3.1967
1967 Christa LUDWIG
Lorin MAAZEL Radio Sinfonie Orchester Berlin Live GALA Jun.18.1967
1967 Bernadette GREEVY Claudio ABBADO London Symphony Orchestra   HUNT Sep.11.1967
1969 Marilyn HORNE
Henry LEWIS Royal Philharmonic Orchestra   DECCA Jul.19.1969
1970 Hermann PREY
Bernard HAITINK Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam   PHILIPS May.27 & 28.1970
1971 Maureen FORRESTER
Istvan KERTESZ Israel Philharmonic Orchestra Live HELICON Apr.1971
1972 Christa LUDWIG
Karl BÖHM Dresden Staatskapelle Live ORFEO Aug.15.1972
1974 Christa LUDWIG
Herbert von KARAJAN Berliner Philharmoniker   DGG May.8 & 9.1974
1974 Janet BAKER
Leonard BERNSTEIN Israel Philharmonic Orchestra   SONY Nov.1, 5 & 6.1974
1975 Maureen FORRESTER Kyril KONDRACHINE Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live Radio Nederland Nov.20.1975
1978 Siegfried LORENZ
Kurt MASUR Gewandhaus Orchester, Leipzig   BERLIN Classics Jan.1978
1978 Klara TAKACS Gyorgy LEHEL A Magyar Szimfonikus Zenekara   HUNGAROTON Jun.1978
1978 Yvonne MINTON
Karl BÖHM Wiener Philharmoniker Live FACHMANN Aug.6.1978
1979 Tamara BUSHUEVA
Yuri TERMIKANOV State Symphony Orchestra of the USSR Live YEDANG Classics Jan.10.1979
1979 Krystina SZOSTEK-RADKOWA Stanislaw WISLOCKI Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia   MUZA  
1980 Brigitte FASSBAENDER
Klaus TENNSTEDT Norddeutscher Rundfunk Sinfonieorchester, Hamburg Live HÄNSSLER Nov.11.1980
1983 Gertrud STRÜH-DIPPOLD
Wolfgang KAISER,

piano

N/A   PAIR MUSIC Jun.1983
1983 Brigitte FASSBAENDER
Sergiu CELIBIDACHE Münchener Philharmoniker Live 000 CLASSICS Jun.30.1983
1984 Birgit FINNILA Geoffrey PARSONS,

piano

N/A   BLUEBELL Mar.29.II & 21-22.1984
1985 Agnes BALTSA
Lorin MAAZEL Wiener Philharmoniker   SONY Apr.25.1985
1986 José van DAM
Jean-Claude CASADESUS Orchestre National de Lille   FORLANE Apr.1986
1987 Bernadette GREEVY
Janos FÜRST Ireland National Symphony Orchestra   NAXOS
1988 Waltraud MEIER
Daniel BARENBOIM Orchestre de Paris   ERATO Feb.1988
1988 Jessye NORMAN
Seiji OZAWA Boston Symphony Orchestra Live PHILIPS Dec.1988
1988 Brigitte FASSBAENDER
Riccardo CHAILLY Radio Sinfonie Orchester Berlin Live DECCA Sep.1988
1988 Thomas HAMPSON
Leonard BERNSTEIN Wiener Philharmoniker Live DGG
DVD DGG
Oct.1988
1989 Vyatcheslav KAGAN-PALEY Irina KOLESNIKOVA N/A Live MELODIYA Apr.15.1989
1989 Robert HOLL
Riccardo CHAILLY Koninklijk Concertgebouworkest, Amsterdam Live RCO Live Oct.12.1989
1989 Gabriele SCHRECKENBACH
Philipp MOLL,

piano

N/A   CAPRICCIO Oct.1989
1990 Catherine ROBBIN
Raffi ARMENIAN Kitchener-Waterloo Symphony Orchestra   CBC  
1990 Thomas MOHR
Uwe SANDNER,

piano

N/A   CANTERINO  
1990 Birgitta SVENDEN
John CAREWE Orchestre Philharmonique de Nice   FORLANE Jul. & Nov.1990
1991 Andreas SCHMIDT
Jesus LOPEZ-COBOS Cincinnati Symphony Orchestra   TELARC Apr.30 & May.1.1991
1991 Linda FINNIE
Neeme JÄRVI Royal Scottish National Orchestra   CHANDOS Oct.20-24.1991
1991 Jard van NES
Reinbert de LEEUW Schönberg Ensemble   KOCH Arrgt R. de Leeuw
1992 Doris SOFFEL
Eliahu INBAL Wiener Symphoniker   DENON Jun.9 & 10.1992
1992 Bryn TERFEL Giuseppe SINOPOLI Philharmonia Orchestra   DGG Nov.1992
1992 Marjana LIPOVSEK
Claudio ABBADO Berliner Philharmoniker Live SONY Sep.3 & 4.1992
1993 Thomas QUASTHOFF
Gary BERTINI Köner Rundfunk Sinfonie Orchester Live CAPRICCIO Jan.22-23.1993
1993 Lauren NEWTON
N/A Henning Schmiedt, Wolfgang Schmiedt, Jorg Huke, Ulrich Moritz KLANGRUME Arrgt for jazz ensemble
Henning Schmiedt,
Jan.22-23.1993
1995 Hidenori KOMATSU
Cord GARBEN NDR Sinfonieorchester   NAXOS Mar.27-31. & May.15 & 16.1995
1995 Thomas HAMPSON
Wolfram RIEGER,

piano

N/A Live RCO May.7.1995
1995 Marjana LIPOVSEK
Bernard HAITINK Berliner Philharmoniker Live RCO May.10.1995
1995 Dagmar PECKOVA
Jiri BELOHLAVEK Prazska Komorni Filharmonie   SUPRAPHON Sep.1995
1996 Thomas HAMPSON
Wolfram RIEGER,

piano

N/A   EMI Mar.1996
1998 Waltraud MEIER
Lorin MAAZEL Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks   RCA Mar.9-12.1998
1998 Cornelia KALLISCH
Michael GIELEN SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg HÄNSSLER Jun.25-26.1998
1999 Dietrich HENSCHEL
Kent NAGANO Hallé Orchestra   TELDEC May.1999
1999 Bernarda FINK
Martin TURNOVSKY Bayerisches Landesjugendorchester Live ARCO DIVA Oct.5.1999
2000 Claudie VERHAEGHE
Pierre ETCHEVERRY,

piano

N/A   ARCOBALENO  
2000 Marianne RØRHOLM
David RIDDELL Randers Chamber Orchestra   CLASSICO Jun.4.2000,
Arrg. Rainer Riehn
2000 Ingrid TOBIASSON
Sixten EHRLING Kungliga Hovkapellet Stockholm   CAPRICE Jun.7-9.2000
2001 Roman TREKEL Fabio LUISI Sinfonieorchester des Mitteldeutschen Rundfunks Live SOUNDS SUPREME Sep.7.2001
2001 Michelle DeYOUNG
Michael TILSON-THOMAS San Francisco Symphony Live SFS Media Sep.19-23.2001
2002 Nmon FORD
Robert OLSON The Colorado MahlerFest Orchestra   MF Jan.12-13.2002
2002 Christian GERHAHER
Gerold HUBER,

piano

N/A   ARTE NOVA Mar.-May.2002
2002 Klaus MERTENS
Gary BERTINI Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra Live FONTEC Nov.24.2002
2002 Ralph KOHN
Graham JOHNSON,

piano

N/A   OPERA OMNIA Dec.6-8.2002
2003 Stephan GENZ
Roger VIGNOLES,

piano

N/A   HYPERION Jan.13-17.2003
2003 Anne-Sofie von OTTER
Pierre BOULEZ Wiener Philharmoniker   DGG Jun.2003
2003 Maria Riccarda WESSELING
Pierre-Alain MONOT Nouvel Ensemble Contemporain   CLAVES Aug.10-17.2003
2004 Iris VERMILLION
Eliahu INBAL Berliner Symphoniker Live TVE Aug.26-27.2004
2005 Dagmar PECKOVA
Gintaras RINKEVICIUS Lietuvos Valstybinis Simfininis Orkestras Live AUREA Dec.16.2005
2006 Klaus MERTENS
Gerhardt MÜLLER-HORNBACH Mutare Ensemble NCA Arrg. G. Müller-Hornbach,
Apr.20-24.2006
2006 Catherine DAGOIS
Edgar TEUFEL,

organ

N/A   ARS trscp for voice and organ E. Teufel
Wenn dein Mutterlein only
Apr.17-20.2006
2006 Thomas QUASTHOFF
Christian EHWALD Sinfonieorchester der Hochschule für Musik Hanns Eisler Berlin Live IPPNW Apr.24.2006
2008/9 Hermine HASELBÖCK
Russel RYAN,
piano
N/A BRIDGE Records May.5-6.2008 & Jan.17-18.2009
2009 Elisabeth KULMAN
N/A Amarcord Wien MATERIAL RECORDS In diesem Wetter only,
Arrgt Gerhard Muthspiel,
Apr.15-18.2009
2009 Maria FORSSTRÖM
Johannes LANDGREN,

organ

N/A   Musica Rediviva trscp for voice and organ M. Forsström & J. Landgren
Oct.12-15.2009
2010 Katarina KARNEUS
Susanna MÄLLKI Gšteborgs Symfoniker   BIS Jan.2010
2011 Wolfgang HOLZMAIR
Russel RYAN,
piano
N/A   NIGHTINGALE Jan.6-8.2011
2011 Christianne STOTIJN
Joseph BREINL,
piano
N/A   ONYX Mar.15-17.2011
2011 Julie BOULIANNE
Jean-Franois RIVEST Ensemble Orford   ATMA Arrg. Reinbert de Leeuw

Jul.2011

2011 Sara MINGARDO
Luigi PIOVANO Musici Aurei Live ELOQUENTIA Jul.2011,
Arrg. Rainer Riehn
2011 Yuka WATANABE
Takeharu NOBUHARA Orchestra JAPAN 2011 Live LIVE NOTES Nov.15.2011
2011 Olga SEDELNIKOVA
Vladimir TROPP,
piano
N/A   ARTservice
2012 Christian GERHAHER
Kent NAGANO Orchestre Symphonique de MontrŽal Live SONY Jan.12 & 14.2012
2013 Bernarda FINK
Andres OROZCO-ESTRADA TonkŸnstler-Orchester Niederšsterreich HM Jan.12 & 14.2012
2014 Thomas LASKE
Verena LOUIS,
piano
N/A KLANGLOGO
75/111

Le Commentaire d'Henry-Louis de La Grange

Les poèmes de Rückert

C'est en 1872, six ans après la mort de Friedrich Rückert, que sera publiée pour la première fois, dans un petit volume de 408 pages, à couverure toilée et dorée à l'or fin, le recueil des Kindertotenlieder. Il comprend 166 poèmes, moins de la moitié des 423 élégies qu'avait inspirées au poète la mort de ses deux enfants.

Friedrich Rückert avait cinq enfants dont les deux plus jeunes, Luise (née le 25 juin 1830) et Ernst (né le 4 janvier 1829) contractèrent successivement la scarlatine en 1833, au lendemain de Noël. Luise mourut le soir de la Saint-Sylvestre. Tombé malade à son tour quelques jours plus tard, Ernst succomba à son tour le 18 janvier. Les autres enfants du poète, victimes de la contagion, allaient heureusement survivre. Mais leur père devait rester longtemps inconsolable. Toute sa vie, il conservera près de lui le portrait au pastel de ses deux plus jeunes enfants, exécuté à l'automne 1833, quelques mois avant leur mort.

La voix

De son vivant Mahler a toujours choisi un baryton (Friedrich Weidemann à Vienne et à Graz ; en l'absence de Weidemann tombé malade, Gerhard Zalsman à Amsterdam ; Johannes Messchaert à Berlin, avec piano), sauf à New York, le 26 janvier 1910, où il a engagé le tenor allemand Ludwig Wüllner. Mais il s'agissait cette fois d'un ancien acteur, célèbre comme interprète plus que comme chanteur, et il est probable que Mahler a tenu compte de personnalité artistique plus que de sa tessiture. Cependant, il n'a jamais engagé de femme pour interpréter ce cycle. Plusieurs cantatrices n'en ont pas moins interprété ce cycle du vivant de Mahler, notamment l'alto hollandais Tilly Koehnen et le soprano Anna von Mildenburg.

Nun will die Sonn' so hell aufgehn

Le désespoir du poète trouve un écho éloquent dans les contrepoints dépouillés et les canons lugubres, les imitations accablées des instruments, dans les intervalles insistants et et les soupirs de seconde majeure et mineure puis, plus loin, dans la montée chromatique de la mélodie, procédé qu'emploie rarement Mahler sous cette forme. Le seul vrai contraste avec cette nudité désespérée est le trait passionné des violons du dernier interlude (mesures 59 et suivantes). Ailleurs dans ce Lied, tout n'est que douceur lancinante mais contenue, monochromie délibérée de la sonorité, la voix se maintenant toujours dans le registre moyen, comme si le père affligé ne trouvait même pas la force de se révolter.

Plusieurs détails de l'orchestration sont particulièrement frappants: l'utilisation mélodique du cor, la prédominance générale des vents, puis les octaves de cor, comme un glas; enfin la doublure de la voix par les violoncelles pianissimo, dans un registre suraigu et les notes de glockenspiel. Pour certains commentateurs, ces dernières évoquent la cloche des morts. Pour d'autres, elles sont une première annonce de la lumière éternelle qui brillera sur la fin du cycle.

Nun seh' ich wohl warum so dunkle Flammen

Reinhard Gerlach a analysé en détail les effets de la suspension tonale de l'introduction. L'instabilité de ce début révèle une influence rarissime chez Mahler, de la Sensucht tristanesque. Pourtant la mélodie ascendante est étroitement apparentée à celle de Ich bin der Welt et de l'Adagietto de la Cinquième, deux pièces où régnait au contraire le diatonisme le plus paisible. Jamais, peut-être, Mahler ne s'est autant éloigné de son langage habituel. Le même auteur souligne également le rôle des silences dans ce Lied, silences allusifs, silences de pressentiment, pour une musique "symbolique, métaphorique".

Le premier motif ascendant est le véritable leitmotiv, ou mieux le refrain, de toute la pièce et l'appogiature à laquelle il aboutit ne se résoud jamais de manière satisfaisante. La Sensucht, cette langueur inassouvie qui baigne tout le Lied, nait en effet du climat instable et interrogateur, entretenu par la constante ambiguïté harmonique des retards et des suites suspensives de dominantes. Grâce a des augmentations, à des diminutions, à des variantes, le même motif ascendant fournit une grande partie de la substance mélodique. Mahler achève sa pièce par une cadence peu conclusive qui maintient jusqu'à la fin l'atmosphère d'inquiétude et d'interrogation de tout le Lied.

Wenn dein Mutterlein

La première phrase vocale reproduit, mais en noires, le motif de croches du cor anglais (mesures 1 et 2). Quant à l'accompagnement de basses, il évoque par son rythme et ses pizzicati celui du début de l'Adagio de la Quatrième. La nudité du contrepoint initial dégage encore une impression de tristesse insoutenable, renforcée ici par la sonorité des vents graves (les violons sont exclus de tout ce Lied, tandis que les violoncelles et les altos ne jouent arco (avec l'archet) que dans les strophes 2 et 4. Dans la seconde partie de la strophe, l'effet de contraste est obtenu par une interruption de l'ostinato des croches et par une mélodie plus expansive, dans laquelle reparaissent les appogiatures qui caractérisaient le chant précédent. Cette mélodie est confiée aux deux cors, avec comme basse, les bassons. Le tempo plus rapide et le grand mélisme de la vois contribue également à changer l'atmosphère. La brève coda commence par reprendre l'introduction dont elle allonge peu à peu les valeurs en un rubato obligato. L'extrême fin demeure suspendu sur un accord de dominante, comme si le père affligé n'avait même pas la force de soupirer une dernière fois.

Oft denk' ich, sie sind nur ausgegangen

Ce Lied est le premier du cycle où l'élément consolateur l'emporte. La conclusion apaisée de In diesem Wetter est anticipée ici par le dernier vers, dans lequel le poète annonce qu'il retrouvera ses enfants sur cette "colline" radieuse qui n'est autre que le paradis. Tout l'accompagnement orchestral crée un effet de contraste avec ce qui précède, par la richesse des sonorités. Cependant, d'autres éléments maintiennent une atmosphère d'inquiétude, en particulier les syncopes des basses les accords de neuvième qui sont, à deux reprises, l'aboutissement du motif lui même, chaque fois avec une indication de crescendo-decrescendo qui accentue le second temps. A la fin de chaque strophe, l'inquiétude rythmique reprend avec le motif de l'introduction instrumentale. Dans la seconde, les sixtes parallèles sont confiées à deux clarinettes au lieu de deux cors. Dans la troisième, les sixtes sont remplacées par un motif dactylique, dans l'aigu des clarinettes. Ainsi Mahler crée-t-il un effet de progression jusqu'à la cadence finale.

In diesem Wetter, in diesem Braus

Avant l'entrée de la voix, un prélude de 17 mesures décrit l'orage, sans un seul fortissimo, mais avec des instruments qui n'ont pas encore été utilisés depuis le début du cycle, comme le piccolo, la clarinette basse, le contrebasson, sans compter les deux cors supplémentaires, les timbales, le tambour et le tam-tam (ces derniers n'entreront que juste avant la dernière strophe). La résignation, la douleur contenue ne sont plus de mise au début de ce dernier chant. C'est un désespoir violent, une angoisse incontrôlable qui cette fois explosent, faisant écho au déchaînement des forces de la nature. Le thème de marche évoque ceux des symphonies antérieures et, comme toujours chez Mahler, est lié au concept de la fatalité et du destin. Les croches rapides, obstinées expriment l'inquiétude obsessionnelle du père. Au fur et à mesure que croit son égarement, elles vont se transformer en intervalles mélodiques de plus en plus larges, assurant ainsi la transition vers la "Berceuse" qui sert de Finale au cycle.

L'espoir et la paix vont régner sur cette conclusion qui rappelle celle des Lieder eines fahrenden Gesellen et préfigure la tendresse mystique de la coda finale du Chant de la Terre. La coda des Kindertotenlieder est une de ces conclusions magiques et magistrales dans lesquelles tout se désintègre dans la douceur et la paix C'est un pas important vers ces moments uniques d'immobilité lumineuse que seront les codas de la Neuvième et de Das Lied von der Erde. Après que la voix s'est tue, le cor reprend la partie mélodique et les violoncelles, pour la première fois sans sourdine, ajoutent un nouveau contre-chant expressif qui se prolonge jusqu'à la cadence parfaite. Celle-ci est suivie de sept mesures instrumentales durant lesquelles le motif d'accompagnement se désintègre peu à peu dans l'immobilité et le silence.

[Ces commentaires ont été reproduits ici avec l'aimable autorisation d'Henry-Louis de La Grange]

| Bienvenue | Symph. N°1 | Symph. N°2 | Symph. N°3 | Symph. N°4 | Symph. N°5 | Symph. N°6 | Symph. N°7 |

| Symph. N°8 | Symph. N°9 | Symph. N°10 | Das Lied von der Erde | Lieder eines fahrenden Gesellen | Rückert Lieder |

| Kindertotenlieder | Des Knabenwunderhorn | Lieder aus der Jugendzeit | Das Klagende Lied | Concerts | Mahler Links |